Le Pentagone envisage d’utiliser de l’électricité pour stimuler le cerveau de ses troupes

Pentagone

Selon le Pentagone, la caféine ne suffit plus à garder ses militaires vigilants. Notamment les “guerriers numériques” qui passent leurs journées devant des écrans d’ordinateurs à surveiller et analyser des images de drones espions ou des flux d’informations. D’après les scientifiques du Laboratoire de recherche de l’armée de l’air américaine, dans l’Ohio, l’attention d’un opérateur lambda faiblirait au bout d’une vingtaine de minutes.

C’est pour cette raison que le Pentagone expérimente une nouvelle technique tendant à augmenter la période de vigilance optimale de ses troupes : stimuler leur cerveau à l’aide de micro-décharges électriques. Les sujets sont ainsi reliés par des électrodes à une « pile » qui fait passer dans leur cerveau un courant électrique continu d’une puissance d’un milliampère. Par comparaison, la puissance nécessaire pour alimenter le tableau de bord d’une voiture est de 150 milliampères.

Pour le professeur Andy McKinley, ingénieur biomédical responsable du programme de recherche, « les sujets soumis à la stimulation cérébrale voient leur vigilance accrue et leurs performances cognitives globales améliorées ». En bref, ils sont plus attentifs, plus longtemps.

Selon le professeur McKinley, cette technologie est encore trop récente et beaucoup de questions restent en suspens, notamment concernant l’usage à long terme. Malgré tout, la faible présence d’effets secondaires encourage le Pentagone à songer sérieusement à généraliser l’utilisation d’électrodes au sein de certaines de ses troupes.

Recommandé pour vous

0 commentaires