Le Royaume-Uni recrute une cyber-armée

Un virus informatique a infecté les réseaux à travers tout le pays. Le chaos règne dans les transactions financières, les transports publics sont perturbés et l’approvisionnement en énergie est en péril. Si le scénario reste bel et bien fictif – la simulation s’étant déroulée à Londres – l’éventualité n’est pas à exclure à l’heure où l’hypothèse d’une guerre numérique est de plus en plus envisagée par les experts en Défense.

Une centaine de hackers ont déjà été recrutés (Photo : Flickr/Diusgovuk)
Une centaine de hackers ont déjà été recrutés (Photo : Flickr/Diusgovuk)

Pour être en mesure de répliquer, le gouvernement britannique a lancé une série de concours afin de repérer et recruter les meilleurs pirates amateurs de Grande-Bretagne et leur apprendre à défendre leur pays en cas de cyber-guerre, révèle le Times. Ils seraient déjà une centaine à s’entraîner et à peaufiner leur technique pour répliquer aux attaques informatiques. Le coût total du développement de cette nouvelle force quasi-militaire dépasse les 500 millions de livres (plus de 596 millions d’euros), selon les chiffres avancés par le secrétaire à la Défense, Philip Hammond.

Devant le scepticisme affiché par certains experts, qui se demandent si le Royaume-Uni a bien fait de révéler sa stratégie, le gouvernement répond qu’une cyber-guerre-froide est déjà en cours et ne fera que s’accentuer à mesure que les pays du monde développeront leurs nouvelles technologies. Il s’agira alors d’un premier test pour savoir si des capacités de cyber-défense peuvent servir de mesures dissuasives contre les futures attaques.

La France elle aussi cherche à se constituer une cyber-armée. Les récentes attaques ou les tests d’intrusions perpétrés contre de grandes entreprises comme Areva ou les sites gouvernementaux tels Matignon et même l’Elysée, ont montré l’existence de failles inquiétantes. Le contre-amiral Arnaud Coustillière, officier général cyberdéfense de l’état-major des armées françaises, a rappelé l’engagement du pays à participer au Centre d’excellence en cyberdéfense de l’Otan, basé à Tallinn (Estonie).

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Testez 8e étage gratuitement pendant 1 mois !

Des grands reportages exclusifs en toute indépendance 🌍
ESSAI GRATUIT