L’Amérique du Nord frappée par des “super-poux”

Un pou en train de déjeuner. (flickr/Gilles San Martin)
  Un pou en train de déjeuner. (flickr/Gilles San Martin)

Une nouvelle génération de poux commence à camper dans le cuir chevelu des Canadiens et des Américains, qui n’ont donc pas fini de se gratter la tête. Ces parasites sont en effet des mutants résistants aux traitements que nous pouvons trouver en pharmacie. En cause ? La mauvaise utilisation de ces produits. C’est en tout cas ce qu’explique John Clark, professeur à l’Université du Massachusetts, dans le Journal of Medical Entomology repris par Le Devoir : « Plusieurs consommateurs n’ont probablement pas respecté les instructions des manufacturiers et utilisé une bouteille d’insecticide pour traiter trois enfants au lieu d’un seul, comme cela est prescrit. Le produit n’exerçant pas alors sa pleine puissance, cela a permis aux insectes plus résistants de se reproduire. »

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : les poux prélevés sur les sujets qui ont accepté de participer à cette étude sont des poux mutants à 97% chez les Canadiens et 99,6% chez les Américains. Toutefois le phénomène n’est pas nouveau puisqu’une première génération s’était déjà fait connaître en France en 1994 puis une seconde au Royaume-Uni dans les années 2000. Mais le pou mutant de 2014 est encore plus fort et est insensible aux lotions qui sont censées le paralyser pour le tuer.

Malgré tout, les poux n’ont pas encore gagné la guerre puisque des laboratoires américains ont lancé de nouveaux insecticides pour les combattre. Dans certains d’entre eux se retrouve du silicone qui étouffe tout simplement l’insecte ou encore des produits qui ont fait leurs preuves dans l’industrie agricole.

Recommandé pour vous

1 commentaires

  1. Machine 6 années ago

    Bonne appétit !
    On dirais les hommes crabe dans South Park ?

    Répondre Like Dislike