En Hongrie, les familles payent 1500 euros pour un stockage de cellules souches jugé inutile

Injection de cellules souches dans le cadre d'une expérience pour guérir la cécité. (photo flickr/BWJones)
 Injection de cellules souches dans le cadre d’une expérience pour guérir de la cécité. (photo flickr/BWJones)

Les familles hongroises seraient victimes d’une campagne marketing soutenue par le gouvernement les poussant à investir près de 1500 euros (450 000 forints) dans le prélèvement et le stockage de cellules souches, estime l’hebdomadaire hongrois Heti Valasz. Si la science attribue un fort potentiel médical à ces cellules que l’on trouve, entre autres, dans le sang du cordon ombilical des nouveaux-nés, certains médecins crient à l’arnaque. « Achetez un siège auto à votre enfant au lieu de prélever le sang de son cordon ombilical. Il risque davantage un accident de voiture qu’une maladie grave nécessitant une thérapie avec son propre sang », a déclaré à l’hebdomadaire le professeur Gergely Kriván, chef du service d’hématologie pédiatrique à l’hôpital Szent László de Budapest. Ce qui fait scandale, surtout, c’est qu’aucune des 50 000 doses stockées dans des banques privées n’a été utilisée pour le moment, les cellules souches n’étant exploitées que pour soigner des maladies très rares.

Pour les spécialistes hongrois, la création d’une banque internationale est nécessaire mais elle doit être publique et gratuite. En France, le sang de cordon ombilical est soumis à la même législation que la moelle osseuse. Son don à des banques publiques est encouragé mais sa conservation pour son propre enfant est interdite. L’agence de biomédecine française, quant à elle, tient à nuancer les propriétés qui sont accordées aux cellules souches : « Les sociétés savantes estiment que rien aujourd’hui ne permet d’envisager un traitement de maladies telles que, par exemple, certaines maladies neuronales ou cardiaques, chez l’enfant devenu grand à l’aide de ses cellules de sang de cordon ».

Recommandé pour vous

0 commentaires