Les hôpitaux chinois victimes de super-bactéries

Le Queen Elizabeth Hospital à Hong Kong (wikipedia/pedist)
 Le Queen Elizabeth Hospital à Hong Kong (wikipedia/pedist)

Le 30 avril, les services hospitaliers de la ville de Hong-Kong ont diffusé des informations concernant une vague de contaminations par des super-bactéries dans les hôpitaux de la ville. Le rapport fait état d’une infection toutes les 18 minutes dans l’agglomération, a annoncé le South China Morning Post. Plus d’un dixième des cas conduirait à une septicémie, mortelle sans traitement rapide.

Les super-bactéries, que l’OMS a qualifiées mercredi 30 avril d’ « urgence mondiale », sont des bactéries devenues résistantes aux antibiotiques. Très difficiles à éliminer, leur prolifération depuis 2011 a augmenté de 15%, touchant près de 23 000 personnes l’an dernier.

Selon les spécialistes chinois, leur prolifération aurait deux causes principales. La première, la densité de population à Hong-Kong qui favorise la transmission des maladies à l’intérieur comme à l’extérieur des hôpitaux. La deuxième, la faible capacité pour les médecins de l’agglomération à établir des diagnostiques précis et rapides en raison de manque de moyens. Conséquence : les médecins prescrivent des antibiotiques à large spectre plutôt que des molécules ciblées, lesquels rendent les bactéries résistantes sur le long terme.

Recommandé pour vous

0 commentaires