Un artiste chilien réduit en cendres 367 millions d’euros de dettes étudiantes

“L’art qui évolue avec les luttes du peuple est une arme chargée d’avenir”, écrit un utilisateur de Twitter chilien

Artiste contestataire, Francisco Tapia, aussi connu sous le pseudonyme de « Papas Fritas », est désormais le héros de centaines d’étudiants. Sa dernière œuvre, une boite en plastique, contient les cendres de reconnaissances de dettes et de lettres de change de centaines d’étudiants de l’Universidad del Mar à Vina del Mar, au Chili. Prétendant devoir travailler dans l’Université pour un projet, l’artiste a subtilisé et brûlé près de 500 millions de dollars de dettes (367 millions d’euros).

L’année dernière, la faculté de Vina del Mar avait été fermée par le gouvernement chilien pour cause d’irrégularités financières. L’établissement privé, qui revendiquait ne pas avoir de but lucratif, était en réalité une entreprise juteuse qui permettait à ses propriétaires de s’enrichir grâce aux subventions de l’État et à l’argent des étudiants. Malgré sa fermeture et alors que la majorité des étudiants cherchait une nouvelle faculté, l’établissement continuait d’exiger de ses anciens élèves qu’ils remboursent leurs frais de scolarité.

La camionette qui expose l'oeuvre de Francisco Tapia. (photo Twitter/@elmartutino)
La camionette qui expose l’oeuvre de Francisco Tapia. (photo Twitter/@elmartutino)

« C’est fini, vous êtes libres », a expliqué l’artiste dans une vidéo postée sur Internet peu après son acte. Alors que les étudiants chiliens se battent depuis plusieurs mois pour avoir droit à une université gratuite, l’action de Papas Fritas apparaît comme un acte héroïque. L’œuvre de l’artiste fait actuellement le tour des galeries d’art chiliennes.

Recommandé pour vous

0 commentaires