À moitié rénové, le pont Honoré-Mercier provoque des tensions au Québec

Pont Honoré-Mercier. (photo flickr/Dougtone)
 Pont Honoré-Mercier.(photo flickr/Dougtone)

C’est une situation ubuesque à laquelle sont confrontés les Montréalais qui empruntent quotidiennement le pont Honoré-Mercier. L’ouvrage vieux de presque 80 ans est dans un sale état, notamment lié à la rouille, et de lourds travaux sont à prévoir. Une situation somme toute banale qui pourrait faire l’objet d’un simple vote de budget et d’un appel d’offre. Oui, mais le pont Mercier a une particularité : il est géré à la fois par le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral. Autrement dit la partie sud-ouest du pont est la propriété des Ponts Jacques-Cartier et Champlain Inc., tout le reste est la propriété du ministère des Transports du Québec.

Intérieur du pont Honoré-Mercier. (photo flickr/Controleman)
Intérieur du pont Honoré-Mercier. (photo flickr/Controleman)

L’état de délabrement de l’infrastructure a donc poussé le gouvernement fédéral à entreprendre des travaux d’urgence sur le pont (160 millions de dollars d’investissement en 5 ans), notamment en installant une dalle de béton pour assurer la sécurité des quelque 82 000 automobilistes qui y passent chaque jour. Problème ? Cette dalle serait trop lourde pour la structure du pont selon le ministère des Transports du Québec qui pourrait préconiser de construire un nouvel ouvrage. Un consortium a été nommé et ses préconisations devraient être connues à l’été 2015. Si à cette date c’est le choix des travaux de réfection qui est choisi, Québec les entamera alors même que la partie fédérale sera entièrement rénovée. La meilleure illustration de ce manque de communication serait alors la piste cyclable inutilisable. Les cyclistes venant de la rive sud seront en effet bloqués en plein milieu du pont en attendant l’aménagement de la deuxième partie, gérée par la province.

Recommandé pour vous

0 commentaires