Cacher des disques durs remplis de bitcoins serait la nouvelle astuce pour truquer son divorce

Les maris sont de plus en plus créatifs pour dissimuler une partie de leur fortune », déplore Maitre Frank Arndt dans les colonnes du Financial Times. Parmi les nouveaux stratagèmes auxquels les conjoints en instance de divorce ont recours, une astuce inquiète particulièrement l’avocat britannique et ses confrères : celle de cacher des actifs en bitcoins, la nouvelle monnaie électronique.

Accusé de faciliter le blanchiment d’argent, le Bitcoin a l’avantage de permettre des dépôts en liquide sans aucune vérification et surtout de compliquer le traçage du propriétaire des devises. Dans le cadre d’un divorce, la monnaie numérique permettrait également à un conjoint de transférer des fonds très rapidement dans des lieux hors de portée des tribunaux. « Si vous transférez des bitcoins à un ami qui se trouve dans un autre pays, il sera très difficile pour la justice américaine, par exemple, de pouvoir les rapatrier », a expliqué Danny Bradburry sur le site spécialiste du Bitcoin Coindesk.

Le problème est pris très au sérieux aux États-Unis et des tribunaux californiens ont d’ores et déjà commencé à demander des informations sur leurs clients à des plateformes d’échange de bitcoins dans le cadre de procédures. Une autre question inquiète maintenant les juristes, celle de la succession : « Nous allons être confrontés à des gens qui décèdent avec des quantités importantes d’actifs en bitcoins. La question est : que deviendront-ils ? Vont-ils disparaître ou être inclus dans l’héritage ? », se questionne un avocat sur Coindesk.

0 commentaires