L’Inde promet (enfin) une tolérance zéro contre les viols

Marché d'Ambedkar, New Delhi (photo flickr/New Delhices)
 Marché d’Ambedkar, New Delhi (photo flickr/New Delhices)

Rappelé à l’ordre maintes fois par la communauté internationale et les associations de lutte contre les violences faites aux femmes, l’Inde, sous l’impulsion de son nouveau gouvernement nationaliste hindou, a finalement promis d’accorder plus d’importance à la protection des femmes. « Le gouvernement aura désormais une politique de tolérance zéro pour la violence contre les femmes et va renforcer le système judiciaire pénal indien pour qu’il soit pleinement effectif », a affirmé le président Pranab Mukherjee lors d’une séance au Parlement.

Ces promesses interviennent après le scandale provoqué par les paroles de deux hauts fonctionnaires indiens la semaine dernière. Le viol est « parfois légitime, parfois injuste » a expliqué le député Babulal Gaur suivi, deux jours plus tard, par Ramsevak Paikra, ministre de l’Intérieur de l’État de Chhattisgarh, qui a déclaré que « les viols survenaient par accident ». Les deux hommes sont membres de BJP, le parti politique du nouveau gouvernement.

En plus du renforcement des peines, l’exécutif a promis d’installer des caméras de surveillance et des systèmes GPS dans les bus indiens, lieus particulièrement sensibles, ainsi que des toilettes dans chaque maison du pays. En Inde, près de la moitié des 1,25 milliards d’habitants font leurs besoins à l’air libre. Les femmes, par pudeur, n’utilisent pas les champs comme toilettes avant qu’il fasse sombre, ce qui les rend vulnérables aux agressions. En 2012, la police indienne a enregistré 244 270 infractions concernant des violences faites aux femmes.

Recommandé pour vous