Désormais, les constructions de buildings à San Francisco devront être votées par référendum

Fisherman's Wharf, "le quai des pêcheurs", est un des quartiers les plus touristiques de San Francisco. (photo flickr/chris.chabot)
 Fisherman’s Wharf, “le quai des pêcheurs”, est un des quartiers les plus touristiques de San Francisco. (photo flickr/chris.chabot)

Tous les projets immobiliers sur la baie de San Francisco qui dépasseront la hauteur des immeubles existants, comprise entre 12 et 32 mètres, devront être soumis au vote des électeurs. En clair, il va devenir très difficile de construire des immeubles de plus de 9 étages sur le front de mer. La mesure, votée à la majorité en début de mois, a surtout soulagé les amoureux de la ville qui tiennent à ce que le port, très prisé, ne risque pas d’être métamorphosé en une rangée de tours en béton.

Mais la mesure ne fait pas l’unanimité. Devenue un haut lieu dans le domaine des technologies, San Francisco a aussi vu sa population énormément changer au cours des dernières années. Si le nombre d’habitants n’a pas particulièrement augmenté, il semblerait que beaucoup de bas revenus aient déserté la ville, remplacés par des personnes aisées travaillant pour Google, Facebook ou Twitter. Inévitablement, les prix commencent à devenir inabordables en ville. Alors qu’au niveau national les loyers ont en moyenne augmenté de 2,8% par rapport à l’année dernière, à San Francisco ils ont connu un bond de 6%.

La ville est donc désormais partagée entre le fait de protéger son patrimoine culturel et touristique et l’obligation de faire face à un afflux de hauts diplômés qui font exploser les prix de l’immobilier. Car pour les experts, il n’y a aucun doute, le marché pourrait se dévaluer si la ville gagnait en hauteur, mais l’obligation pour tous les promoteurs de soumettre leurs projets supérieurs à 32 mètres de haut à un référendum va refroidir plus d’un investisseur.

Recommandé pour vous

0 commentaires