Une cliente de Primark découvre un appel à l’aide cousu dans sa robe à 10€

(photo flickr/chrisinplymouth)
(photo flickr/chrisinplymouth)

Forced to Work Exhausting Hours » (Forcée à travailler de longues heures). Le message que Rebecca Gallagher, une jeune Galloise, a découvert à l’intérieur de sa robe Primark fait directement référence à la polémique à laquelle sont sujettes les marques de prêt-à-porter à bas prix depuis la catastrophe du Rana Plaza en 2013. L’usine de textile, dont l’effondrement et le millier de victimes avaient révélé au monde les conditions dans lesquelles sont fabriqués les vêtements du géant H&M, avaient aussi éclaboussé l’enseigne Primark, très connue au Royaume-Uni et présente en France depuis quelques mois.

« J’ai pensé que c’était un appel à l’aide », a déclaré la jeune femme au South Wales Evening Post (qui a aussi pu photographier l’étiquette en question). « On entend tellement d’histoires sur les gens qui travaillent dans des ateliers clandestins à l’étranger… Cela m’a fait me sentir tellement coupable que je ne pourrai plus porter cette robe ». Elle affirme avoir tenté d’appeler le géant du textile et avoir été mise en attente 15 minutes avant que son appel soit rejeté.

De son coté, Primark s’est déclaré encline à ouvrir une enquête. « Nous serions reconnaissants que la cliente nous fasse parvenir la robe en question afin que nous puissions déterminer comment l’étiquette supplémentaire s’est retrouvée là et s’il y a des questions qui doivent être examinées », a expliqué un porte-parole de la marque. « Le code de conduite Primark énonce les principes de base que les fournisseurs et les fabricants doivent appliquer pour s’assurer que les produits sont conçus dans de bonnes conditions et que les travailleurs sont bien payés et traités décemment », a-t-il conclu.

Recommandé pour vous

1 commentaires

  1. zucc 5 années ago

    La seule raison pour laquelle ils souhaitent examiner la robe c’est pour déterminer comment éviter une seconde fuite de ce genre.
    L’examen des conditions de travail des ouvriers ne va pas du tout dans l’intérêt commercial de la marque…
    Ce que je dis tout le monde le présume plus ou moins mais en aucun cas cela n’influe sur la virulence de l’opinion.

    Répondre Like Dislike