En Syrie, des agences de rencontre forment des couples de futurs mariés en temps de guerre

Un couple en haut de la citadelle d'Alep (photo flickr/
 Un couple en haut de la citadelle d’Alep. (photo flickr/Spetsnaz1945)

Dans la Syrie occupée par l’opposition, un nouveau moyen pour rencontrer son futur mari ou sa future femme sans risque a fait son apparition sous la forme d’agences de rencontre. « Les jeunes hommes et femmes qui cherchent à se marier nous donnent leur âge, le montant de la dot qu’ils souhaitent, leur lieu de résidence, le groupe religieux auxquels ils appartiennent et leur statut social : célibataire, veuf ou divorcé », explique Khaled, le fondateur du service de mariage al-Aman à Idlib, au site internet Syria Deeply.

Après réception du dossier, les employés de Khaled s’appliquent à trouver deux candidats qui pourraient se correspondre, les font se rencontrer, et si les choses se passent bien, enregistrent leur mariage au Conseil de la charia. Selon lui, le procédé est en totale conformité avec la loi musulmane. En neuf mois, l’agence de rencontre a permis 23 mariages. Khaled a touché 4000 livres syriennes par mariage, l’équivalent d’environ 200 euros.

Mais l’entreprise de Khaled fait polémique à Idlib. Certains lui reprochent d’utiliser l’institution sacrée du mariage pour faire de l’argent. D’autres l’accusent de « vendre des femmes syriennes à de riches Arabes en dehors de la Syrie ». « Les médias locaux ont rapporté qu’un réseau organisé, qui prétend vouloir protéger les réfugiées syriennes, les vend à des hommes de pays voisins », a expliqué un habitant de Idlib à Syria Deeply.

Recommandé pour vous

0 commentaires