Les Français ne dépensent que 13% de leur revenu en nourriture

(photo flickr/xtof)
(photo flickr/xtof)

Une grande tendance ressort de l’étude publiée par le département de l’agriculture du service de recherche économique des États-Unis (USDA) : plus un pays est riche et plus la part de revenu de ses habitants allouée aux dépenses alimentaires est faible. Si les Pakistanais réservent 47,7% de leur budget mensuel à la nourriture, les Français, eux, n’y consacrent que 13,2%. Premiers du classement, les américains ne dépensent que 6,6% de leur revenu en alimentation.

Et finalement, ces statistiques sont logiques, explique le service de recherche économique américain. Alors qu’un Français ou un Anglais peuvent facilement acheter de quoi se nourrir et dépenser le reste de leur revenu pour leur santé, leurs loisirs ou tout autre chose, il reste peu d’argent à un Camerounais – dont le salaire moyen est de 72 euros – une fois qu’il a acheté sa nourriture. Par exemple, alors que les Coréens-du-Sud dépensaient un tiers de leur salaire en alimentation en 1975, cette part est réduite aujourd’hui à 12%, conséquence du fort développement économique qu’a connu le pays.

graph

Cependant, tout ne s’explique pas par la richesse d’un pays. L’USDA a souligné dans son étude que la dépense absolue des américains en nourriture est aussi beaucoup plus basse que celle de ses voisins européens. Ainsi, le Français dépense 2234 euros en moyenne chaque année en nourriture et le Norvégien 3200 euros alors que l’Américain n’y consacre que 1672 euros. Si l’USDA explique une partie de ce phénomène par les politiques agricoles américaines qui gardent les prix de la nourriture relativement bas par rapport à l’Europe, un autre facteur semblerait davantage culturel.

Recommandé pour vous

0 commentaires