Les Danois sont génétiquement prédisposés à être heureux

Les Jardins de Tivoli à Copenhague, parc d'attraction en plein centre de la capitale danoise. (photo flickr/Eugene Phoen)
 Les Jardins de Tivoli à Copenhague, parc d’attraction en plein centre de la capitale danoise. (photo flickr/Eugene Phoen)

Les Danois arrivent régulièrement en tête des classements consacrant « les peuples les plus heureux du monde ». Si cela peut s’expliquer par leur qualité de vie, une étude scientifique indique qu’ils seraient génétiquement prédisposés au bonheur. Les chercheurs de l’Université de Warwick, en Angleterre, ont décidé de trouver pourquoi des pays comme les Pays-Bas ou le Danemark surclassent les autres pays d’Europe en matière de bonheur. Ils se sont intéressés à la génétique et ont comparé l’ADN de personnes originaires de 131 pays différents.

« Nous avons remarqué qu’au plus le code génétique d’une nation était éloigné de celui des Danois, au moins les habitants de celle-ci étaient heureux », a expliqué Eugénio Proto, l’un des auteurs de l’étude. Entre autres, c’est le gène responsable de la production de sérotonine – souvent appelée “hormone du bonheur” – qui serait en cause. Selon les scientifiques, plus la variante de ce gène est courte chez un individu et plus ce dernier aurait une propension à ne pas être satisfait de sa vie. Le Danemark, explique Eugénio Proto, est un des pays qui recense le moins de personnes avec la version courte de ce gène.

Les chercheurs se sont aussi intéressés à l’ADN d’immigrants danois partis habiter aux États-Unis. Etonnement, ils ont découvert que cette prédisposition génétique au bonheur persistait à travers les générations sans que cela ait de rapport avec les revenus personnels, la situation professionnelle ou familiale. Cependant, les auteurs de l’étude tiennent à préciser que ces résultats doivent être traités avec précaution. « Plus de recherches dans ce domaine sont nécessaires pour comprendre l’ensemble des enjeux de la variation génétique dans les populations nationales », a conclu Andrew Oswald à Mashable.

Recommandé pour vous

0 commentaires