Des hackers fabriquent des antennes TV clandestines pour aider les Nord-Coréens à s’informer

Un hackathon organisé par Wikimedia en 2013. (flickr/ter-burg)
 Un hackathon organisé par Wikimedia en 2013. (flickr/ter-burg)

Les « hackathons » sont des évènements organisés régulièrement par les hackers informatiques pour mettre en concurrence leurs compétences et leur imagination. Le dernier « hackathon » organisé dans la Silicon Valley, à San Francisco, s’intitulait « Piratez la Corée du Nord ». Instigué par l’ONG Human Rights Fondation, il a mis au défi des dizaines de programmeurs de trouver de nouvelles façons de diffuser l’information dans l’un des pays où la censure est la plus forte.

C’est une équipe composée d’un ancien ingénieur de Google ainsi que de deux jeunes programmeurs âgés de 17 ans qui a remporté la compétition. Ils ont imaginé un petit récepteur de la taille d’une tablette tactile capable de capter les 200 chaines de télévision disponibles en Corée du Sud. Selon eux, en plus de permettre aux citoyens nord-coréens d’avoir accès à l’information en temps réel, ce système aurait très peu de chances d’être enrayé par les autorités de Kim Jong-un.

Les trois programmeurs ont gagné des billets d’avions pour Séoul afin de promouvoir leur idée auprès de dissidents nord-coréens. D’autres projets ont émergé de ce hackathon, la plupart impliquant des stratagèmes déjà connus des opposants au régime communiste coréen. Parmi eux, les ballons programmés pour lâcher des objets à des endroits spécifiques ou les catapultes permettant d’envoyer des colis par dessus la rivière Yalu qui sépare la Chine et la Corée du Nord.

Recommandé pour vous

0 commentaires