Les Indiens contraints de s’enfermer dans des cages pour se protéger de l’invasion de singes

Il vaut mieux fermer les vitres de sa voiture en Inde. (flickr/Sean Ellis)
 Il vaut mieux fermer les vitres de sa voiture en Inde. (flickr/Sean Ellis)

Même New Delhi est victime de l’invasion de primates qui frappe l’Inde. Dans les rues, des milliers de macaques affamés escaladent les barricades, rentrent dans les maisons et les bureaux à la recherche de nourriture et dégradent le réseau électrique et le matériel urbain. Un fléau compliqué à gérer puisque le singe à grandes mâchoires, descendant du dieu Hanoumân, est sacré dans la religion hindouiste. Comme la vache et le serpent, il est donc interdit de le chasser.

Le gouvernement indien a cependant réussi à obtenir l’aval du parlement pour engager des imitateurs de singes à New Delhi afin de protéger les bâtiments publics. En reproduisant le son du langur, l’ennemi naturel du singe à grandes mâchoires, ils arrivent à faire fuir les macaques. Mais dans la campagne, les habitants sont livrés à eux même. Anil Yadav vit à Pachmarchi, une petite station de montagne, depuis 16 ans. Il raconte à la Kantor Berita Radio qu’en trois ans, il a vu la population de singes exploser, entre autres à cause des randonneurs qui leur donnent à manger.

Anil Yadav et ses amis ont donc décidé d’installer des cages pour se protéger des singes. Quelque peu extrême, cette mesure amuse les touristes qui s’arrêtent au refuge pour la nuit. « C’est intéressant comme expérience, d’inverser les rôles d’un zoo, se retrouver de l’autre côté des grilles. C’est inhabituel », raconte un touriste. Pour autant, même avec les cages, il faut rester vigilant explique son ami : « L’autre jour, nous nous baignions et une douzaine de singes est arrivée pour nous piquer nos vêtements et nos téléphones. Nous avons dû sortir à toute vitesse pour les chasser ».

La question des singes est devenue un réel problème de santé publique en Inde. De plus en plus nombreux, ils deviennent violents avec les habitants et les agressions d’enfants impliquant des singes sont désormais fréquentes. Surtout, le nombre de morsures de singes, pouvant être mortelles, est en passe de dépasser celui de morsures de chiens, un autre fléau en Inde.