Fatigués du fromage sans saveur, les anglo-saxons cherchent à percer les secrets du fromage français

La cave d'affinage de beauforts à Beaufort, Savoie. (photo flickr/hamadryades)
 La cave d’affinage de beauforts à Beaufort, Savoie. (photo flickr/hamadryades)

Depuis des années, les gouvernements des États-Unis, de l’Angleterre et de l’Australie (parmi d’autres pays anglo-saxons), appliquent une politique très stricte en matière de fromages : ils doivent absolument être pasteurisés pour être exempts de toute mauvaise bactérie qui pourrait mettre en danger notre système immunitaire. Mais cette technique, surexploitée par les anglo-saxons – et ironiquement découverte par un français – tue aussi la majorité des bactéries responsables du goût.

En France, les fromages les plus célèbres sont faits à partir de lait cru, donc non pasteurisé. Le roquefort, le reblochon ou encore le camembert font la fierté de nos terroirs et sont parmi les plus plébiscités par les touristes. Le gouvernement français fait-il preuve de négligence en autorisant la production de fromages « pleins de bactéries » ? En réalité, il semblerait que les scientifiques français aient résolu une énigme à laquelle les anglo-saxons cherchent une réponse depuis longtemps : comment rendre le fromage au lait cru sûr tout en gardant son goût.

Pour percer les secrets du fromage français, Bronwen Percival, une grossiste londonienne en fromage, a lancé une campagne KickStarter le 25 juillet. Elle a d’ores et déjà levé 12 000 euros pour faire traduire en anglais un manuel français édité par le Réseau Fromages de Terroirs, une équipe de scientifiques soutenue par le ministère de l’Agriculture. « Au lieu de mener une guerre pour l’anéantissement des microbes, nous devrions travailler avec eux. Et la traduction du manuel en anglais permettrait de faire passer le mot », a expliqué Bronwen Percival.

Recommandé pour vous

0 commentaires