New Delhi veut enrôler les chiens errants dans la police

Une loi interdit de tuer les chiens errants en Inde. (photo flickr/kentclark)
 Une loi interdit de tuer les chiens errants en Inde. (photo flickr/kentclark)

Décidément, l’Inde a de sérieux problèmes avec sa faune. En plus de l’invasion de New Delhi par des singes, la capitale indienne est aujourd’hui obligée de gérer une crise qui dure depuis des dizaines d’années : celle des chiens errants. Leur population a considérablement augmenté après la quasi disparition des vautours en Inde dans les années 90. Alors que les volatiles constituaient le principal système de traitement des carcasses dans le pays, leur extermination par un médicament a laissé la voie libre à d’autres équarrisseurs, les chiens sauvages, responsables d’une épidémie de rage qui fait 20 000 victimes chaque année. Aujourd’hui, plus de 260 000 chiens errants sillonnent les rues de New Delhi à la recherche de nourriture.

« Si ces chiens doivent trainer dans la ville, autant les faire travailler », a déclaré Jalaj Shrivastava, le président de la municipalité de New Delhi le 9 août dernier. Ainsi, les autorités de la capitale devraient bientôt commencer à faire intégrer l’école de police aux canidés sans propriétaire. 40 formateurs ont d’ores et déjà été engagés et la ville prévoit d’en embaucher 700 au total. « Cette initiative résoudrait deux problèmes à la fois : cela réduirait le nombre de chiens errants, et permettrait de mieux assurer la sécurité des habitants ». En raison d’une loi de 2001 interdisant de tuer les chiens errants, beaucoup d’habitants avaient pris l’habitude de recueillir certains animaux pour protéger leur maison, un phénomène qui a accéléré la prolifération des canidés.

Recommandé pour vous