Pour la première fois, des dissidents nord-coréens ont été autorisés à rester sur le sol chinois

Une femme est contrôlée à l'un des nombreux checkpoints présents en Corée du Nord. (photo flickr/roman-harak)
 Une femme est contrôlée à l’un des nombreux checkpoints présents en Corée du Nord. (photo flickr/roman-harak)

Deux solutions s’offrent aux nord-coréens assez courageux pour essayer d’échapper au régime de Kim Jong-un : tenter sa chance au sud, à la frontière avec la Corée du Sud (parmi les plus sécurisées du monde), ou au nord, à la frontière avec la Chine. Jusqu’à maintenant, quelle que soit l’option choisie, elle se soldait souvent par une arrestation des déserteurs en Chine ou à la frontière sud-coréenne. Dans la majorité des cas, les dissidents étaient ensuite exécutés ou envoyés dans les camps de travail du régime nord-coréen. Une situation qui pourrait être sur le point de changer.

Pour la première fois, des déserteurs nord-coréens arrêtés sur le sol chinois n’ont pas été ramenés dans leur pays. Interceptés à la frontière sino-laotienne, les dix hommes et femmes, entre 20 et 30 ans, avaient parcouru des milliers de kilomètres à travers la Chine via des itinéraires de contrebande. Leur objectif, comme beaucoup, était de se rendre dans une ambassade sud-coréenne au Vietnam, au Laos ou en Thaïlande pour demander l’asile. En laissant les dissidents aller librement sur son territoire, la Chine a violé un accord qu’elle a depuis longtemps avec la Corée du Nord.

Ce changement soudain de politique en matière d’immigration clandestine semblerait intervenir après la publication récente d’un rapport de l’ONU. Celui-ci avait attiré l’attention du gouvernement chinois sur le fait que « les personnes en provenance de Chine qui sont rapatriées de force en Corée du Nord sont fréquemment soumises à la torture et à la détention arbitraire et sont victimes d’exécution sommaire et de violences sexuelles ». Les tensions récentes entre Pékin et Pyongyang pourraient donc jouer en faveur des dissidents nord-coréens. Concernant le groupe de 10 personnes arrêtées en Chine, il serait en train d’être accompagné en Corée du Sud.

Recommandé pour vous

0 commentaires