En Arabie Saoudite, la police part à la chasse aux « cartables religieux »

Une photo de la saisie postée sur Twitter.
 Une photo de la saisie postée sur Twitter.

La rentrée approchant, les familles saoudiennes se précipitent dans les centres commerciaux pour s’approvisionner en fournitures scolaires et acheter les tout nouveaux cartables qui accompagneront leurs enfants. Parmi les sacs à la mode qui ont inondé les rayons des supermarchés saoudiens, ceux de la marque londonienne Lonsdale. Problème : la majorité d’entre eux arborent l’Union Jack composé de la croix de saint Georges et de la croix de saint André. Deux références chrétiennes qui froissent la police religieuse.

Le Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice est donc parti à la chasse aux cartables portant un dessin cruciforme à travers les grandes surfaces du royaume. Beaucoup de Saoudiens ont prêté main forte aux autorités en dénonçant sur Twitter les endroits qui vendaient les cartables illégaux. Le porte parole de la police religieuse a déclaré qu’il revenait au ministère du Commerce de prononcer des sanctions « qu’elles soient financières ou autres » pour les distributeurs.

Des utilisateurs de Twitter ont cependant profité du coup d’éclat pour ironiser sur l’absurdité de certaines sanctions, soulignant par exemple la ressemblance du « + » avec une croix, préconisant ainsi l’interdiction des mathématiques au royaume. Ce n’est pas la première fois qu’une marque est victime de la censure en Arabie Saoudite, beaucoup d’enseignes suisses ont été mises à l’index par la police religieuse. L’horloger Swatch, par exemple, impose un logo différent sur ses produits destinés à l’exportation saoudienne.

A une époque, la marque Victorinox, productrice du couteau suisse, très populaire au royaume, avait modifié son logo pour sa production saoudienne. Mais, les clients ne reconnaissant plus la marque, ils accusaient les revendeurs locaux de distribuer de la contrefaçon. Un comble qui a poussé Victorinox a réinstaurer son logo centenaire sur ses produits destinés à l’export et qui oblige désormais les revendeurs à apposer un autocollant pour cacher la croix suisse.

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE