La première maison de retraite transgenre est indonésienne

La maison de retraite créée par Yulianus Rettoblaut. (photo capture BBC)
 La maison de retraite créée par Yulianus Rettoblaut. (photo capture BBC)

Selon la tradition indonésienne, les personnes âgées sont prises en charge par leurs enfants, dans la maison familiale. Mais ce n’est pas le cas pour les transsexuels qui, pour la plupart, finissent dans la rue après avoir passé leur vie sur le trottoir. Yulianus Rettoblaut, une activiste transgenre ex-prostituée, a voulu endiguer ce phénomène qui promet une fin de vie incertaine aux trois millions de transsexuels que compte l’Indonésie. Elle a décidé d’ouvrir la première maison de retraite pour transgenre.

Située dans la banlieue de Jakarta, la petite maison rose abrite pour l’instant trois hommes qui ont décidé de devenir des femmes. Mais plus de 800 « warias », comme on les appelle en Indonésie, sont sur liste d’attente, explique Yulianus. « Quand une waria devient âgée, les gens ont encore plus peur d’elle. Et puis, elle ne peut plus vendre son corps comme les jeunes. Le gouvernement ne sait pas s’il doit nous mettre dans des maisons de retraite pour hommes ou pour femmes et les familles rejettent complètement les warias. Elles luttent pour survivre et finissent la plupart du temps par faire la manche et dormir sous les ponts ».

Encore en travaux, la maison de retraite de Yulianus ne pourra certainement pas accueillir plus d’une quinzaine de personnes. Mais elle a le mérite de redonner de l’espoir aux transsexuels indonésiens et donnera peut-être envie à d’autres de suivre l’initiative de celle qu’on appelle Mami Yuli.

Recommandé pour vous

0 commentaires