Une mosquée pour les gays ouvre au Cap… et ferme immédiatement

(photo flickr/mishox)
(photo flickr/mishox)

Le 19 septembre, une mosquée « gay friendly » a ouvert ses portes au Cap, en Afrique du Sud. Baptisée « Open Mosquee » (mosquée ouverte), l’établissement entendait provoquer « une révolution religieuse », a expliqué son fondateur Taj Hargey, en permettant à n’importe qui de s’y rendre, « indépendamment de son genre, de sa religion et de ses orientations sexuelles ». Taj Hargey avait déjà fait parler de lui en lançant une campagne anti-burqa en Grande-Bretagne en juillet dernier. Cette prise de position lui avait valu de recevoir des menaces de mort.

Mais ce ne sont pas les incidents en marge de l’ouverture de la mosquée – pourtant nombreux – qui ont causé sa fermeture quatre jours après son inauguration. Officiellement, c’est la municipalité du Cap qui ordonné la condamnation de la mosquée en raison d’un « manque de stationnements aux abords du lieu de culte constituant une infraction », a expliqué Ganief Hendricks, un conseiller municipal. Taj Hargey, qui souhaitait que cette mosquée soit le symbole de la lutte contre l’islam radical, se dit victime d’une chasse aux sorcières.

« Le conseil municipal tente de m’arrêter en appliquant des réglementations stupides mais je ne vais pas me laisser faire », a déclaré Hargey à la BBC. De son côté, le conseiller municipal a expliqué qu’il « s’agissait d’une question sensible et que même si certains conseillers municipaux – qui sont musulmans – voudraient défendre la question plus vigoureusement, le fond du problème est qu’il y a des règles et qu’il faut les appliquer ». En attendant, cette décision fait le plus grand bonheur des détracteurs du concept d’Open Mosquee. En France, ce type d’initiatives existe depuis 2012 et tient le coup malgré l’opposition de la majorité de la communauté musulmane.

Recommandé pour vous

0 commentaires