L’aéroport d’Amsterdam installe des “caméras intelligentes” pour détecter les comportements suspects

 Les nouvelles “caméras intelligentes” de l’aéroport international d’Amsterdam peuvent signaler n’importe quel comportement anormal aux équipes de sécurité. Une technologie qui pourrait menacer les libertés individuelles.

(photo flickr/belenbecker)
 Courir pour attraper son avion. Une comportement considéré comme potentiellement suspect par les caméras de sécurité de l’aéroport d’Amsterdam. (photo flickr/belenbecker)

Si vous avez l’habitude de voyager par avion, vous savez que les terminaux d’aéroport peuvent s’avérer être parfois des environnements particulièrement stressants. Qui d’entre nous n’a jamais couru de peur de rater son avion par exemple ? Pourtant, si vous passer par l’aéroport Schiphol d’Amsterdam, il vous est fortement déconseillé de le faire. Pourquoi ? Car courir – au même titre que “gesticuler” ou “transpirer de façon anormale” – est dorénavant considéré comme un comportement “potentiellement suspect” et, à ce titre, risque d’être détecté par les “caméras intelligentes” de l’aéroport, entrainant une intervention du personnel de sécurité.

A l’origine de cette nouvelle technologie , l’Institut néerlandais pour la recherche scientifique appliquée, le plus grand centre de recherche des Pays-Bas, qui a développé ses algorithmes en partant du principe que « la société a choisi de privilégier la sécurité par rapport au droit à la vie privée ». C’est Qubit Visual Intelligence – une entreprise spécialisée dans les solutions de sécurité clé en main basée à la Hague – qui s’est occupée de passer de la théorie à la pratique. Au début du mois de septembre, en déployant ces caméras de surveillance nouvelle génération à Schipol, l’entreprise a transformé les terminaux de l’aéroport en terrain d’expérimentation pour cette technologie orwellienne. Très fière de son produit phare, l’entreprise Qubit Visual se targue sur son site internet de « contribuer à rendre la société plus sûre » grâce à son logiciel intelligent, qu’elle considère “sans faille”.

“QVI BV (appellation technique de la solution clé en main proposée par l’entreprise, ndlr) rend possible, avec l’aide de son “logiciel intelligent”, d’observer, reconnaître et émettre un jugement sur les comportements et intentions des gens qui apparaissent sur nos écrans et ce de façon totalement automatisée en se basant sur leurs seules actions. Notre système sans faille est capable d’interpréter la nature d’activités humaines complexes.”

Si l’État néerlandais, qui possède près de 70% des parts de l’aéroport de Schiphol, considère les tests concluants, ce dernier envisagerait de reproduire l’initiative, comme le rapporte Alternet.

Pourtant, au regard de la liste des activités considérées comme “potentiellement suspectes” par le logiciel de Qubit Visual Intelligence, ce système, prétendument sans faille, risque d’engendrer un nombre très important de “faux-positifs”. De plus, comme le rappelait l’expert américain en sécurité Bruce Schneider dans son livre Profiling Makes Us Less Safe paru en 2010, la mesure pourrait s’avérer largement inefficace pour lutter contre la menace terroriste, principale raison du renforcement des mesures de sécurité dans les aéroports ces dernières années.

Comme l’explique Schneider, les terroristes en question sont loin de tous correspondre à un profil unique et bien défini. Ils peuvent aussi apprendre, avec un peu d’entrainement, à éviter de se comporter de manière suspecte et ainsi déjouer le système de sécurité des aéroports. Ainsi, les mesures visant à lutter contre l’insécurité en se reposant de manière aveugle sur la technologie, en plus de bafouer les libertés individuelles, risquent simplement de se révéler contre productive sur le long terme.

Recommandé pour vous

0 commentaires