[T’as pas 2 balles ?] Des créateurs lancent une ligne de vêtements pour échapper à Big Brother

 La chronique « T’as pas 2 balles ? » explore les sites de financement participatif pour vous faire découvrir les projets les plus innovants, originaux ou juste fous.

 The Affair, une marque de vêtements londonienne, vient de lancer une gamme de produits qui bloquent toutes sortes de signaux électromagnétiques. Un moyen de faire face à une société ultra-surveillée, explique le cofondateur de la boîte sur Kickstarter, où le projet vient d’être financé avec succès

 La Unpocket brouille tous les signaux cellulaires. (The Affair/KickStarter)

Si la plupart des individus semblent avoir accepté malgré eux de vivre dans un monde constamment sous surveillance, qui sacrifie une partie du droit à la vie privée au profit de la sécurité, il reste quelques réfractaires à cette société orwellienne. Outre le cas d’Edward Snowden, qui, grâce à la divulgation de documents confidentiels, a fait la lumière sur les pratiques intrusives de plusieurs États vis-à-vis de la sphère privée, cette résistance peut aussi prendre une forme plus matérielle.

C’est le cas de jeunes Londoniens, qui, avec leur marque The Affair, lancent une gamme de vêtements 100 % « furtifs ». Sous le nom de « 1984 », en référence au célèbre ouvrage de Georges Orwell, des blazers, blousons et pantalons permettront aux acheteurs de vivre avec leurs portables, passeports et cartes bancaires sur eux, sans se soucier de l’œil indiscret de Big Brother. Conçus à partir d’un matériau spécial, les poches amovibles de ces habits du 21e siècle, appelées « Unpockets », sont censées empêcher les ondes cellulaires, Wi-Fi, satellitaires et radios d’atteindre tout ce qui se trouve à l’intérieur.

"Vous aussi faites un doigt d'honneur à Big Brother" (The Affair/Kickstarter)
“Vous aussi faites un doigt d’honneur à Big Brother” (The Affair/Kickstarter)

Mais ce n’est pas tout. En plus de lever le majeur en direction de divers organismes de surveillance et de renseignement, comme ils le revendiquent, les créateurs de The Affair promettent d’allier l’esthétique à l’utile. « Mettez à jour votre garde-robe […] et reprenez le contrôle de votre vie privée. Notre collection « 1984 » associe le style ouvrier classique du roman d’Orwell avec des matériaux issus de la technologie moderne », explique sur Kickstarter Zoltan Csaki, le cofondateur de la boîte. Lancé début septembre, le projet a réussi à récolter plus de 60 000 euros – le double de la somme visée – afin de financer le lancement de la collection. Signe que l’idée plaît.

Un échantillon de la collection 1984 de The Affair. (The Affair/Kickstarter)
Un échantillon de la collection 1984 de The Affair. (The Affair/Kickstarter)

Au prix de 22 euros, c’est tout un pan de la population au look ouvrier chic que la « Unpocket » risque de faire disparaître du radar. « Big Brother ne relève plus de la science-fiction. Snowden l’a prouvé et l’heure est venue de s’adapter » , affirme Zoltan Csaki. Pour lui, la collection « 1984 » n’est que la réaction d’un peuple face à des institutions qui menacent les libertés individuelles : « C’est la mode pour une société sous surveillance. Parce que, soyons réalistes, Big Brother en sait déjà trop : qui sont vos amis, avec qui vous discutez, échangez des emails ou des SMS, ce que vous lisez, les applications que vous utilisez et où vous êtes en permanence. »

La détermination du projet, dont le sérieux est indéniablement assuré par l’air préoccupé des mannequins de The Affair, s’illustre notamment dans le passé de la boîte. Ce n’est en effet pas la première fois que ces jeunes créateurs associent mode et culture. Depuis sept ans, ils proposent déjà une gamme de tee-shirts inspirés des plus grands classiques littéraires. De Moby Dick à Orange mécanique ou Macbeth, en passant par d’autres romans dystopiques tels que La Ferme des animaux ou Le Meilleur des mondes, le 5e art semble être le moteur de l’inspiration de The Affair.

The Affair a choisi de donner à sa collection un style "ouvrier chic" proche de l'univers de 1894 de George Orwell. (The Affair/KickStarter)
The Affair a choisi de donner à sa collection un style “ouvrier chic” proche de l’univers de 1894 de George Orwell. (The Affair/KickStarter)

Grâce à sa campagne de financement participatif sur Kickstarter, la marque promet en outre de vendre ses produits directement au client par le biais d’internet, en se débarrassant des intermédiaires : « Normalement, les marques vendent à des détaillants qui augmentent ensuite les prix, du double (voire souvent plus), en sachant qu’ils finiront par vendre le stock « à moins 70 % » afin de l’écouler avant la saison prochaine. Nous pensons que ce modèle traditionnel est fondamentalement défectueux. Les collections saisonnières ne nous intéressent pas et nous ne vendons pas à des détaillants », explique la page Kickstarter du projet. Les prix au gros de ces vêtements « furtifs » devront donc rester moitié moins chers que ceux d’un distributeur. De quoi être encore plus proche du peuple.

Il se pourrait ainsi que les rues de nos sociétés ultra-surveillées soient bientôt fréquentées par un nombre croissant d’individus en bleu de travail cintré, non pas pour se rendre à l’usine, mais bien pour échapper à Big Brother.

Recommandé pour vous

6 commentaires

  1. Pingback: [T’as pas 2 balles?] Kickended, le site où les projets Kickstarter qui font un flop vont mourir | 8e étage

  2. Mathias Poujol-Rost 5 années ago

    Les porte-feuilles et autres pochettes anti-RFID existent déjà… Et sinon il suffit de se balader SANS son téléphone. Vous verrez, ça libère de ne pas être joignable/flicable.

    Et pour avoir l’heure, au lieu de regarder votre ordiphone ? Et bien, devinez quoi : portez une montre, tout simplement.

    Répondre Like Dislike
    1. Dust... 4 années ago

      lol ! et tellement vrais… je ne prends jamais mon tel quand je fais des bêtises : D

      Répondre Like Dislike
  3. a 5 années ago

    Quelle belle brochette de hipsters…

    Répondre Like Dislike
  4. Nicolas Abraham 5 années ago

    Et voilà, tu n’as pas envie d’être en ligne H24, d’avoir de la RFID partout : tu es un terroriste. Bien joué Cram… Tandis que des études montre déjà des effets graves des OEM sur l’organisme, et particulièrement sur les spermatozoïdes. Si tu as 14 ans, c’est pardonnable au delà il est temps d’arrêter de commenter avec tout ce qui te passe par la tête. Plus de 60 000€ de levé, ça devrait te remettre à ta place 😉

    Pour la reconnaissance faciale tu as ça http://cvdazzle.com ou ça http://www.rslnmag.fr/post/2013/10/08/Un-T-shirt-pour-se-proteger-de-la-reconnaissance-faciale.aspx

    Répondre Like Dislike
  5. cram 5 années ago

    C’est n’importe quoi ce truc. En tout cas les terroristes vont aimer ! Ce dont ils parlent c’est des choix que nous avons fait sciemment via les réseaux sociaux, gmail etc.. Le wi-fi ne fonctionnera pas, super ! Rien contre les cameras et la reconnaissance faciale ? Sinon les vêtements sont lisses, ennuyeux et moches. Il faut donner de l’argent pour que projet périclite ! 😛

    Répondre Like Dislike