[T’as pas 2 balles ?] Contre l’addiction au smartphone, des New Yorkais lancent le « NoPhone »

 La chronique « T’as pas 2 balles ? » explore les sites de financement participatif pour vous faire découvrir les projets les plus innovants, originaux ou juste fous.

 À neuf jours de la clôture de sa collecte sur Kickstarter, un groupe d’amis a quasiment réussi son pari de récolter 5 000 dollars pour financer son projet : vendre une simple plaque noire en guise d’alternative au smartphone.

(photo NoPhone/Kickstarter)
(photo NoPhone/Kickstarter)

À l’heure de la publication de cet article, plus de 4400 dollars ont été récoltés par une bande de New Yorkais afin de lancer sur le marché le « NoPhone », un rectangle en plastique noir de la même dimension qu’un smartphone. À la vitesse où se font les donations sur le célèbre site de financement participatif, autant dire que le tour est joué. Le NoPhone a pour but de se substituer à nos dispositifs ultra-connectés, de rendre de nouveau possible le contact humain direct entre individus et de « ne plus jamais éprouver la sensation troublante de peau contre peau lorsqu’on ferme ses mains », explique-t-on sur la page du projet.

« L’idée du NoPhone nous est venue un soir dans un bar où on traîne régulièrement pour nous socialiser. Et par « socialiser », on veut dire fixer nos téléphones et, de temps en temps, lever les yeux de nos écrans pour commander la prochaine tournée, ce qui est la norme aujourd’hui », explique l’équipe, composée d’Américains et de Néerlandais. Car selon eux, l’addiction au téléphone est un fléau désastreux et omniprésent : pendant les rendez-vous amoureux, les concerts, au cinéma, en marchant dans la rue… Les smartphones gâcheraient nos vies et le NoPhone serait le substitut idéal pour en finir avec cette addiction.

14 centimètres de hauteur pour une largeur de 6,7 centimètres et une épaisseur de 7,3 millimètres, le NoPhone a tous les aspects physiques d’un smartphone. Mais c’est tout. « Est-ce qu’il a une caméra ? Non. Est-ce qu’il a le Bluetooth ? Non. Est-ce qu’il passe des appels ? Non », répond l’équipe. Celle-ci précise en revanche qu’en plus de pouvoir résister à un séjour dans la cuvette des toilettes ou à une chute sur le sol, le NoPhone ne connait aucun problème de batterie et ne requiert aucune mise à jour.

(photo NoPhone/Kickstarter)
(photo NoPhone/Kickstarter)

Avec pour le moment plus de 200 donateurs, il semble donc que payer pour un morceau de plastique dans l’optique de rééquilibrer ses capacités de sociabilisation est devenu quelque chose de faisable en 2014. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les jeunes New Yorkais tentent l’aventure du NoPhone : en septembre, la même équipe avait tenté de récolter 30 000 dollars pour financer le même objet, avec en plus la promesse d’envoyer aux donateurs une lettre de remerciement écrite à la main ou un autocollant. Mais n’ayant pu récolter que 10 000 dollars, elle n’a eu d’autre choix que de relancer l’aventure quelques jours plus tard. Et malgré l’importance primordiale d’un tel appareil, l’objectif final a tout de même dû être revu à la baisse.

Le succès du NoPhone V2 est surement dû à l’amélioration « selfie » que l’utilisateur peut désormais installer. Grâce à un petit miroir apposé sur son NoPhone, il est désormais possible de « s’amuser à envoyer des selfies en temps réel », de les « partager avec vos amis qui se trouvent derrière vous », et d’ « ajouter un hashtag en synchronisant votre cerveau et vos cordes vocales ».

(photo NoPhone/Kickstarter)
(photo NoPhone/Kickstarter)

Si l’équipe parvient à financer son projet d’ici dix jours, elle promet d’être en mesure de les expédier en décembre. Encore une bonne idée de cadeau de noël, en attendant de pouvoir peut-être se procurer le NoPad l’année prochaine.

En bonus, la comparaison du NoPhone avec l’iPhone 6 :

(photo NoPhone/Kickstarter)
(photo NoPhone/Kickstarter)

Recommandé pour vous