National Geographic a retranscrit 50 ans d’évolution de nos habitudes alimentaires

 National Geographic vient de publier en ligne une excellente série intitulée “Que mange le monde”. Cette dernière décrit, au travers de visualisations graphiques, l’évolution des habitudes alimentaires entre 1961 et 2011 de par le monde. On y découvre aussi bien les changements au sein de la diète quotidienne de la population de différents pays que l’évolution de la consommation de viande autour du monde.

(photo flickr/epSos.de)
 (photo flickr/epSos.de)

Vous vivez en Europe ou en Amérique du Nord ? Si oui, il y a de fortes chances que vous mangiez en moyenne bien plus que vos grands parents. C’est ce que révèlent (entre autre) des visualisations graphiques réalisées par National Geographic dans le cadre de leur série sur le futur de la nourriture qui s’intéresse à l’évolution des habitudes alimentaires aux quatre coins du monde.

change
Nourriture (potentiellement) disponible par jour et par personne dans le monde en 2011 (en grammes et en calories).
cliquez pour agrandir

On y apprend aussi qu’à l’échelle mondiale, la quantité de calories potentiellement ingérée par jour et par personne a augmenté de 28 % ces cinquante dernières années, passant respectivement de 2194 à 2970 calories. Vous ne trouvez pas cela très parlant ? Pas de problème. National Geographic a aussi quantifié cette évolution en grammes et nous explique qu’alors qu’un habitant du monde ne bénéficiait que de 1357 grammes de nourriture par jour en 1961, ce dernier en consomme maintenant 1878 grammes en moyenne.

A noter que ces statistiques se réfèrent à la quantité de nourriture disponible pour une personne et ne se veulent donc pas un reflet fidèle de la réalité, une importante quantité de nourriture étant gaspillée chaque jour.

cliquez pour agrandir
cliquez pour agrandir

Ces évolutions varient aussi grandement d’un pays à l’autre. Les Américains (sans surprise) consomment bien plus de sucres et de matières grasses que le reste du monde. Si la moyenne dans le pays est de 3641 calories par jour et par personne en 2011, il est plutôt inquiétant de savoir que 37 % de ces calories proviennent de l’ingestion de sucres et de matières grasses, soit près du double de la moyenne mondiale. Le premier facteur de cette évolution serait la hausse de la consommation d’huiles végétales. Ces dernières représentent près de 19 % du total des calories ingérées par l’américain moyen.

cliquez pour agrandir
cliquez pour agrandir

La diète d’un Chinois sera fondamentalement différente de celle d’un Américain. Ce dernier ne tirera que 11 % de ses calories des sucres et des gras, mangera plus de viande, deux fois plus de céréales et consommera moins de laitage. De plus, il ingérera en moyenne près du double de nourriture en 2011 (soit 3073 calories par jour) que son alter-ego ne le faisait cinquante ans plus tôt.

cliquez pour agrandir
cliquez pour agrandir

Un Indien consommera moins de viande, en moyenne, que n’importe quel autre habitant du monde. Cette différence avec le grand voisin asiatique chinois peut s’expliquer du fait que l’Inde demeure bien plus pauvre que la Chine. Une différence de moyens qui se ressent sur les habitudes alimentaires des Indiens. Si en Chine une personne absorbera en moyenne 3073 calories par jour, un Indien plafonnera à 2458.

De plus, majoritairement à cause de raisons culturelles et religieuses, la consommation de viande a toujours été particulièrement basse en Inde. On estime que 31 % de la population du pays est végétarienne par choix. Pourtant, aujourd’hui l’Indien moyen consomme plus de viande que jamais auparavant au cours de l’histoire du pays. L’industrie de la volaille, en particulier, y est en pleine croissance.

cliquez pour agrandir
cliquez pour agrandir

Enfin, en 1961, une personne avait en moyenne à sa disposition 93 grammes de viande par jour. En 2011, cette consommation a presque doublé pour atteindre 171 grammes par jour et par personne. Et si notre consommation de viande bovine (particulièrement touchée par les scandales sanitaires, type vache folle, de la fin des années 1990, ndlr) et porcine est restée relativement similaire au cours de ces cinquante dernières années, nous consommons en revanche bien plus de volaille et de fruits de mer que par le passé.

Recommandé pour vous

0 commentaires