Un temple à la gloire des 860 espèces disparues ces 500 dernières années

(photo http://www.memoproject.org/)
 Le Memo sera construit sur l’île de Portland, sur le littoral sud de l’Angleterre. (photo http://www.memoproject.org/)

Cet après-midi, un vieux monsieur, veste en tweed et cravate d’universitaire, se tiendra sur la côte jurassique, au sud de l’Angleterre, pour prononcer un discours sur l’évolution de la planète au cours des 4,5 milliards d’années qui constituent son histoire. Le professeur Edward Osborne Wilson, entomologiste de 85 ans et lauréat du prix Pulitzer, surnommé « l’héritier naturel de Darwin », inaugurera le lancement du projet de création d’un « Observatoire de surveillance de l’extinction de masse ». Le « Memo » aura pour objectif de rappeler au monde l’existence passée de 860 espèces qui ont disparu de la surface de la Terre au cours de la sixième extinction de masse, la seule causée par l’homme.

Le Memo, comme la plupart des cathédrales qui ornent le littoral du Dorset et de l’est du Devon, aussi appelé « côte jurassique », sera construit en roche calcaire. Des sculpteurs du monde entier devraient participer à la création de cette galerie de portraits en pierre de l’ensemble des espèces qui ont disparu au cours des cinq derniers siècles, soit depuis que le dernier oiseau Dodo a été abattu par des marins au XVIIe siècle. Soutenu par les plus éminents zoologistes, botanistes, personnalités scientifiques de tous bords et mécènes, le projet estimé à 30 millions de livres sterling (38 millions d’euros) devrait commencer dès que les fonds seront rassemblés pour débuter la première phase des travaux sur l’île de Portland.

(photo http://www.memoproject.org/)
(photo http://www.memoproject.org/)

« Je suis profondément ému par cette expérience brillante, profonde et finalement très humanitaire », a déclaré le professeur Wilson qui voit dans le Memo l’occasion d’en apprendre plus aux jeunes générations sur la plus grande extinction de masse depuis la disparition des dinosaures il y 65 millions d’années.

(photo http://www.memoproject.org/)
(photo http://www.memoproject.org/)

Recommandé pour vous

0 commentaires