On [re]dessine le monde : Quelle est la seconde langue natale la plus parlée dans chaque pays ?

 Les flux de population n’ont jamais été aussi importants qu’à notre époque. En 2013, l’Organisation internationale du travail estimait qu’environ 232 millions de personnes vivaient à l’étranger, soit 3 % de la population mondiale. Un nombre qui a augmenté de 57 millions depuis le début des années 2000. Rien d’étonnant donc à ce que de plus en plus de personnes déclarent parler une langue maternelle différente de celle du pays où ils vivent. Aujourd’hui, dans “On [re]dessine le monde”, nous vous emmenons à la découverte des langues qui arrivent en seconde position – en nombre de locuteurs natifs – dans les différents pays du globe.

cliquez pour agrandir (source : http://www.movehub.com/blog/global-second-languages)
  cliquez pour agrandir
(source : http://www.movehub.com/blog/global-second-languages)

Et vous, quelle est votre langue maternelle ? Si la question peut sembler saugrenue, elle ne l’est en fait pas tant que ça. Dans de nombreux pays, que ce soit pour des raisons historiques ou à cause des récents flux migratoires, on compte de nombreux habitants déclarant avoir pour langue maternelle une langue différente de la langue de leur pays de résidence. Si les flux migratoires ont toujours existé, à l’heure de la mondialisation ils tendent à s’amplifier toujours plus. Ce ne sont pas les raisons qui manquent pour partir : guerres et conflits, démographie, crises économiques, voire même conditions climatiques. Selon l’Organisation internationale du travail, près de 3 % de la population mondiale serait actuellement composée de migrants.

C’est en partant de ce constat que le site Internet MoveHub, qui se décrit lui-même comme une “ressource en ligne pour les gens qui envisagent l’expatriation”, a réalisé une série de cartes s’intéressant aux secondes langues, en nombre de locuteurs natifs. Les cartes se basent sur les données du “World Factbook” de la CIA – mine d’or d’informations librement accessible au grand public. Pour plus de clarté, les langues y sont regroupées selon un code couleur correspondant aux différentes familles linguistiques (c’est à dire, les langues avec un dénominateur linguistique commun, par exemple le latin pour de nombreuses langues européennes).

S’il n’est pas vraiment surprenant de voir le français arriver second en nombre de locuteurs natifs au Canada, un pays qui se veut bilingue et où les droits linguistiques sont enchâssés dans la Constitution, il est plus intriguant d’apprendre que le mandarin standard, la langue officielle de la République de Chine, est la seconde langue maternelle en Australie. Dans la même veine, le tatar, une langue turque, est la seconde langue maternelle de Russie.

Attention, cela n’a rien à voir avec les langues les plus enseignées, ou celles qui comptent le plus grand nombre de locuteurs. Nous parlons bien ici des langues que les habitants des différents pays ont déclarées comme étant leur langue maternelle, et qui peuvent donc différer de la langue “officielle”.

(source : )
Les secondes langues les plus populaires avec le nombre de pays dans lesquelles elles arrivent en tête. (source : http://www.movehub.com/blog/global-second-languages)

Mais tout d’abord, qu’est-ce que la langue maternelle ? Selon la définition du Larousse, la langue maternelle ou langue natale est la “première langue apprise par un sujet parlant (dit alors locuteur natif) au contact de l’environnement familial immédiat”. Ce moyen d’expression, qui s’acquiert pendant l’enfance, permet donc d’initier les mécanismes de socialisation ainsi que de former les fondements d’une identité en exprimant son appartenance à une certaine culture.

En gardant cela en tête, voir l’anglais s’imposer comme la seconde langue maternelle dans près de 55 pays, soit grosso modo un quart du monde, est pour le moins impressionnant. En deuxième et troisième positions se retrouvent le français et le russe, avec respectivement 14 et 13 pays concernés. À travers ce “podium” transparaissent très clairement les résidus des conquêtes territoriales passées et bien sûr de la colonisation.

cliquez pour agrandir (source : http://www.movehub.com/blog/global-second-languages)
cliquez pour agrandir
(source : http://www.movehub.com/blog/global-second-languages)

C’est sans surprise que l’anglais se classe comme langue majoritaire dans la plupart des pays d’Europe. Pourtant, des niches de résistance demeurent. C’est par exemple le cas en Espagne, où le catalan reste la seconde langue maternelle après l’espagnol. Résultat de la politique de préservation de la langue dans la région de Barcelone.

Dans d’autres cas, ces statistiques mettent en avant les récentes tendances migratoires. Et si en Allemagne, le turc s’impose comme seconde langue maternelle, cela s’explique par l’existence d’une importante diaspora turque. Même chose en Norvège, dont la diaspora suédoise, ayant choisi d’émigrer pour des raisons économiques, a fait du suédois la seconde langue maternelle du pays devant l’anglais.

Autre donnée qui prouve l’importance des communautés étrangères, l’arrivée en 2011 du polonais comme deuxième langue maternelle au Royaume-Uni. Avec ses 546 000 locuteurs natifs, la langue de Mickiewicz n’a pas eu de mal à s’imposer et détrôner le gallois.

Par ailleurs le recensement national de 2011 indique que sur les 56,1 millions d’habitants que comptent l’Angleterre et les Pays de Galles, plus 4,2 millions (soit environ 8 %) ont déclaré avoir une langue natale différente de l’anglais. La carte ci-dessous illustre cette diversité à l’échelle de la population londonienne.

cliquez pour agrandir (source : http://now-here-this.timeout.com/2013/10/29/map-of-second-languages-spoken-in-london/)
cliquez pour agrandir
(source : http://now-here-this.timeout.com/2013/10/29/map-of-second-languages-spoken-in-london/)

Pour le gouvernement français, la question de la langue maternelle ne semble pas mériter de grande considération. En tout cas, pas au niveau du processus de recensement. Et pourtant, à l’échelle nationale, si l’anglais arrive en seconde position des langues maternelles en nombre de locuteurs, il faut également compter avec une très importante communauté linguistique arabe, comme l’expliquait le Monde Diplomatique en 2012.

De plus, même si le français a beau être la langue officielle du pays depuis 1539, on dénombre près de 400 langues parlées dans l’hexagone, dont un grand nombre de langues régionales. Parmi elles, l’alsacien arrive largement en tête (avec 73 000 apprenants) devant l’occitan (62 000) et le breton (34 000).

Le sujet vous intéresse ? Nous vous invitons à consulter directement les autres cartes réalisées par MoveHub. Vous pouvez également à jeter un coup d’œil à cette carte interactive qui recense les différentes langues parlées aux arrêts du métro de Londres. Et si vous êtes plutôt monde francophone, vous pouvez consulter cet épisode du “Dessous des Cartes”. Bonne lecture et bon visionnage.

Recommandé pour vous