La dernière polémique new yorkaise concerne l’utilisation de l’étranglement par la police

Exemple de clé d'étranglement. (photo flickr/ocpa_mw)
 Exemple de clé d’étranglement. (photo flickr/ocpa_mw)

Une femme est victime de vol à l’arraché dans les rues de New York. Un policier est témoin de la scène, se met à courir derrière le voleur, le rattrape et, en passant son bras autour de son cou, exécute une clé d’étranglement pour le stopper net dans sa course. Une technique d’interpellation, fréquemment utilisée par les policiers de la grosse pomme, que le conseiller municipal new yorkais Rory Lancman a proposé de bannir ce matin en présentant une loi rendant illégale l’utilisation de l’étranglement par les officiers de police du NYPD. A l’origine de cette proposition : le décès en juillet dernier d’Eric Garner, 43 ans, dont l’autopsie a montré qu’il a succombé à la clé d’étranglement d’un policier qui l’interpellait pour vente illégale de cigarettes.

Un projet de loi que Bill de Blasio, le maire de New York, a essayé d’étouffer dans l’œuf hier en déclarant que même si la clé d’étranglement n’était pas un « outil approprié », son utilisation pouvait être justifiée dans des cas extrêmes. Connu pour monter au créneau dès qu’il s’agit des services de police de sa ville, il a expliqué que la disparition progressive de cette technique devait se faire directement à travers un changement de politique au sein des unités de police et non par une loi. « Je veux du respect pour les hommes et femmes en uniforme qui protègent nos vies et qui peuvent être confrontés à une situation de vie ou de mort. Ils doivent pouvoir se défendre s’ils sont en danger, et cela peut impliquer d’avoir recours à une clé d’étranglement », a déclaré de Blasio.

Les soutiens du conseiller municipal Lancman ont eux rappelé que malgré l’obsolescence de cette méthode, bannie du guide d’interpellation du NYPD en 1993 – ainsi que toutes les techniques impliquant le blocage de la trachée – elle est toujours largement pratiquée. « Visiblement, faire confiance au seul changement de politique du NYPD n’est pas très efficace », a déclaré le conseiller municipal en référence au décès de d’Eric Garner, avant d’ajouter « nous avons le devoir d’être plus strictes ».

En France, le statut de la prise d’étranglement est le même qu’à New York. Le Comité européen pour la prévention de la torture aurait demandé en 2002 à la France d’éviter son utilisation mais elle n’est toujours pas interdite par la loi. Plusieurs collectifs, souvent composés de familles de victimes d’une prise d’étranglement policière, se battent pour que son interdiction soit prononcée.

Recommandé pour vous

1 commentaires

  1. marketing 5 années ago

    très bon article 🙂 à méditer

    Répondre Like Dislike