[T’as pas 2 balles?] Kickended, le site où les projets Kickstarter qui font un flop vont mourir

 La chronique « T’as pas 2 balles ? » explore les sites de financement participatif et leurs projets les plus fous pour tenter de comprendre à quoi ressemblera le monde de demain.

[HORS SÉRIE] En lançant Kickended la semaine dernière, l’artiste italien Silvio Lorusso a mis en place une sorte de musée des projets qui n’ont pas réussi à récolter le moindre dollar sur Kickstarter. Non pas pour se moquer, assure-t-il, mais pour leur donner une seconde vie et faire réfléchir sur la notion d’échec.

kickended_og

Dans cette chronique, nous vous avons parlé d’une plaque en plastique noir pour lutter contre l’addiction au smartphone, de vêtements anti-Big Brother ou encore d’une maisonnette sur la Lune. Des projets ayant tous récolté des sommes d’argent plus ou moins importantes sur le site de crowdfunding Kickstarter, où même une salade de pommes de terre peut réunir plus de 55 000 dollars.

Mais comme partout, pour qu’il y ait des gagnants, il faut des perdants. C’est ce à quoi s’est intéressé l’artiste italien Silvio Lorusso, qui a fondé Kickended, l’endroit où les « campagnes qui n’ont trouvé aucun soutien vont vivre une seconde vie », explique le site. « Libres de toute pression liée à la récolte d’argent, elles gardent la pureté des idées abstraites », ajoute l’artiste.

Car finalement sur Kickstarter, avec sa politique du tout ou rien (une campagne doit atteindre son objectif minimum pour pouvoir recevoir la somme d’argent), si quelques projets parviennent à réunir plusieurs millions de dollars, le taux d’échec (environ 60 % des projets) reste bien supérieur au taux de réussite (environ 40 %). Ainsi, selon les chiffres du site, sur 189 768 projets lancés, 109 287 ont échoué, 73 799 ont été financés avec succès et 6 682 sont toujours en cours.

La vérité vraie, un livre de Ray Ralph, toujours à la recherche d'un éditeur...
La vérité vraie, un livre de Ray Ralph, toujours à la recherche d’un éditeur…

Les catégories « musique » et « film et vidéo » sont celles qui comptent le plus grand nombre de réussites, mais aussi d’échecs misérables. Sur les 21 054 projets auxquels personne n’a daigné donner le moindre centime, ils en représentent en effet 8 667. Sans doute la raison pour laquelle ils sont si fortement représentés sur Kickended, ce musée de la désolation en ligne.

D’un film d’horreur se déroulant dans un avion de ligne à l’album d’un Américain chantant en chinois, en passant par un roman destiné aux jeunes hommes en manque d’espoir, une application pour se faire tatouer ou un couple qui souhaite refaire sa cuisine, tous les projets du site commencent de la même triste manière : « Échec du financement. L’objectif de financement de ce projet n’a pas été atteint à la date voulue ». Tel un mur de la honte révélant ce que signifie l’échec au 21e siècle. Le concept est d’autant plus gênant qu’on peut toujours y lire les descriptions parfois très longues, détaillées et pleines d’espoir de ces milliers de créateurs.

Mais pour Silvio Lorusso, il ne s’agit en aucun cas de se moquer. Interrogé par le quotidien britannique The Guardian, cet artiste qui étudie actuellement à l’Université Iuav de Venise explique que « leur échec n’est qu’un résultat du contexte dans lequel ils se trouvaient », c’est-à-dire que « si vous sortiez certaines de ces vidéos du contexte de Kickstarter et que vous les mettiez sur YouTube, vous penseriez qu’il s’agit de projets artistiques vraiment intéressants  ».

Pour lui, l’échec est quoiqu’il arrive lié au processus de création, qu’il s’agisse d’art, de technologie ou de publications en tous genres. « Il y a beaucoup de Tumblrs qui ne font que de se moquer publiquement de ces campagnes. Moi je voulais être neutre. Je ne dis pas que ces projets étaient mauvais ». S’il dit avoir croisé un nombre impressionnant de projets de rap chrétien en fouillant dans les archives de Kickstarter, il admet qu’elles font partie de ses vidéos préférées. « Je ne suis pas du tout religieux, mais je suis fasciné par ce style très particulier. J’ai aussi vu des films précisément inspirés par des apparitions religieuses ».

"Que se passe-t-il quand vous accrochez une caméra à un ballon ? Vous pouvez tout voir, des voitures à l'espace. "
“Que se passe-t-il quand vous accrochez une caméra à un ballon ? Vous pouvez tout voir, des voitures à l’espace. “

Lancé il y a une semaine, Kickended compte désormais environ 10 000 projets. Un désert de solitude qui n’est, selon Silvio Lorusso, pas si triste que cela : « Je pense que beaucoup d’internautes qui viennent sur Kickended doivent penser que ces gens se sentent très seuls – aucun de leurs amis ne leur a versé le moindre sou », explique-t-il. « ,Mais je ne pense pas qu’il faille obligatoirement tirer ce genre de conclusions. Peut-être qu’ils n’ont juste pas travaillé assez dur sur leur campagne », nuance-t-il.

Pour l’Italien, la beauté de son site réside dans le fait que ces projets demeurent « purs » et « abstraits », du fait qu’ils n’ont jamais été réalisés : « un grand nombre de ces idées n’existent que sous la forme d’une seule ligne et d’une image. C’est à vous d’imaginer ce que ça aurait pu donner ».
 
Un mystère que 8e étage vous propose de prolonger avec cette sélection de projets tous plus obscurs les uns que les autres :

Le « Ham Toner », une sorte d’appareil de fitness à visser dans le sol.

« Opening Portals DVD », un documentaire sur la redécouverte d’un portail extraterrestre.

« The Kings Of Rock », une comédie musicale sur Run-DMC.

« The Adventures Of Kaitlyn “Kittykat” Kay », une websérie sur une héroïne cinquantenaire dans les années 1940.

Recommandé pour vous

0 commentaires