La Finlande abandonne des cours d’écriture au profit de la dactylographie

 Apprendre à bien écrire sur un clavier étant considéré comme une “compétence indispensable à l’échelle nationale”, l’enseignement de l’écriture cursive sera remplacé par celui de la dactylographie et de l’écriture en caractères d’imprimerie.

Apprendre à tenir un stylo. Une compétence bientôt obsolète ? (photo flickr/f-clerc)
 Apprendre à tenir un stylo. Bientôt une compétence obsolète ?
(photo flickr/f-clerc)

Bienvenue dans l’ère digitale. L’apprentissage de l’écriture cursive (rapide, à la main, ndlr) ne figurera bientôt plus au programme des écoles primaires finlandaises. Le pays nordique se prépare en effet à tirer un trait définitif sur les cahiers d’écriture et ce en faveur des claviers. A partir de l’automne 2016, à la place de l’écriture cursive, les élèves se verront enseigner la dactylographie (capacité à écrire sur un clavier), comme le rapportait la semaine dernière le quotidien finlandais Savon Sanomat.

La raison ? “Posséder de bonnes compétences en dactylographie” serait devenu indispensable à l’échelle nationale. C’est du moins l’opinion de Minna Harmanen, membre du Conseil national de l’éducation finlandais. Si cette dernière convient que ce changement constitue une “évolution culturelle majeure”, elle demeure intransigeante sur le fait que dans la vie de tous les jours, “posséder la capacité de bien écrire sur un clavier présente bien plus d’avantages que de savoir écrire à la main”.

La mesure, pour l’instant favorablement accueillie dans le pays, soulève pourtant quelques inquiétudes. En premier lieu, tous les enfants du pays ne disposent pas d’un accès égal à un ordinateur à leur domicile. Certains risquent donc d’être plus avantagés que d’autres. De plus, les écoles primaires du pays restent également, pour le moment, inégalement équipées en matériel informatique. Si au sein de certaines d’entre-elles l’enseignement sur tablette est une réalité depuis déjà plusieurs années, c’est loin d’être le cas de tous les établissements du pays.

Enfin, un certain nombre d’études laissent à penser que la pratique de l’écriture cursive contribue au bon développement de certaines fonctions cérébrales chez les enfants. C’est pour cette raison que certains experts finlandais ont suggéré l’introduction d’ateliers obligatoires de travaux manuels ou de couture pour pallier le manque généré par cette absence.

Minna Harmanen a malgré tout mis de l’eau dans son vin en ajoutant que les écoles disposeront d’une certaine liberté face au cursus d’enseignement. Ainsi, les professeurs le souhaitant seront libres de continuer à enseigner, en parallèle, l’écriture cursive.

Précision : Dans la première version du titre de l’article, nous avions choisi d’employer le terme “écriture manuscrite” et non “cursive” dans un souci d’intelligibilité. La réforme du programme prévue par le gouvernement finlandais ne concernerait que l’enseignement de ce qu’il nomme “l’écriture cursive traditionnelle” ainsi que celui de la “calligraphie”. L’écriture scripte ne serait a priori pas concernée. Cela implique que si les élèves de primaire apprendront toujours à former des lettres et des mots, ils n’apprendront plus l’écriture liée (en attaché) qui était jusque-là traditionnellement utilisée dans le cadre de tout travail écrit.

Recommandé pour vous

4 commentaires

  1. Cyane 3 années ago

    C’est triste mais c’est malheureusement une tournure inéluctable, tout comme nous avons depuis longtemps abandonné les calligraphies du XIIIe siècle. Aujourd’hui, on se plaint de l’abandon de l’écriture manuelle au seul profit du clavier, mais peut-être que dans deux siècles, nous saurons écrire directement par la pensée : nos descendants se plaindront alors de la fin de l’apprentissage de l’écriture sur un clavier au seul profit de l’écriture mentale. Les problématiques d’aujourd’hui ne seront plus celles de demain, et le roman d’anticipation Les Enfants de Calliope illustre bien cette vérité…

    Répondre Like Dislike
  2. Maxime Lelong
    Maxime Lelong 3 années ago

    Loys Bonod, anneg

    Il y a effectivement un flou autour de cette notion d’écriture cursive. S’il est considéré comme acquis que le terme “cursif” signifie “rapide” et qualifie donc l’écriture du quotidien, elle ne s’oppose pas obligatoirement à l’écriture scripte, étant donné qu’une écriture cursive n’est pas obligatoirement liée. Une écriture scripte peut donc logiquement être cursive. Délicats problèmes de sémantiques…

    Nous accordons cependant avoir fait un raccourci un peu rapide en traduisant “cursive” par “manuscrite” et nous en excusons, d’où notre correctif sous forme de précision en fin d’article. Nous ferons tout pour être plus vigilant à l’avenir.

    En espérant que ce manque de précision n’aura pas de conséquence sur vos futurs visites sur 8e étage.

    Maxime Lelong
    Rédacteur en chef.

    Répondre Like Dislike
  3. anneg 3 années ago

    “l’écriture cursive (à la main, ndlr)” La “rédaction” aurait pu se renseigner avant d’écrire cette grosse bêtise.
    Partant de cette erreur grossière, c’est vraiment n’importe quoi, comme article.

    Répondre Like Dislike
  4. Loys Bonod 3 années ago

    L’écriture “cursive” n’est pas l’écriture manuscrite : elle se distingue de l’écriture “scripte”. Cette confusion a déjà été abondamment faite par la presse à l’occasion de l’abandon partiel de l’apprentissage de l’écriture cursive aux États-Unis.

    L’article est donc problématique en raison de cette ambiguïté.

    Répondre Like Dislike

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Testez 8e étage gratuitement pendant 1 mois !

Des grands reportages exclusifs en toute indépendance 🌍
ESSAI GRATUIT