L’Afghanistan vient discrètement de lever l’interdiction sur les raids nocturnes

 L’ex-président Hamid Karzaï s’est longtemps battu pour que cessent les raids nocturnes ainsi que les fouilles de domiciles impliquant des soldats étrangers en Afghanistan. En février 2013, il avait même fini par interdire à l’armée afghane de requérir l’aide des américains pour ce type de missions, entrainant une chute drastique du nombre de raids. Un an plus tard, le gouvernement du nouveau président afghan Ashraf Ghani vient de lever cette interdiction. Les raids nocturnes devraient donc reprendre courant 2015 sous l’appellation “opérations de nuit”.

(photo flickr/marine_corps)
(photo flickr/marine_corps)

La décision, il y a quelques jours, du gouvernement d’Ashraf Ghani d’autoriser de nouveau les raids de nuit dans le pays serait presque passée inaperçue. Elle demeure pourtant à la fois lourde de conséquences et de symbolisme. Qu’importe donc la volonté du peuple afghan, très majoritairement opposé à ces intrusions de militaires dans l’enceinte de leur propriété au beau milieu de la nuit. Qu’importe aussi l’outrage d’une partie de la communauté internationale. En 2015, les raids nocturnes seront de retour, sous un autre nom, celui d’« opérations de nuit”.

Comme c’était déjà le cas avant 2013, les forces spéciales de l’armée nationale afghane auront parfois à leurs côtés des membres des opérations spéciales américaines pour les “conseiller” au cours de ces raids ciblés – officiellement dirigés contre les talibans –, comme le traduisent des déclarations croisées d’officiers de l’armée afghane et d’officiels de la coalition de l’OTAN.

Cette information, révélée dimanche par le New York Times, arrive juste après l’annonce par la Maison Blanche de la “poursuite de certaines opérations de combats limitées” par l’armée américaine dans le pays jusqu’à fin 2015. Une décision qui contredit les déclarations faites par Barack Obama en mai dernier. A l’époque, le président américain avait garanti que les presque 9 800 soldats américains toujours présents dans le pays ne prendraient plus part à des opérations de combat.

A la suite de cette annonce, près de 200 membres des forces spéciales afghanes auraient été transférés à Kandahar dans le but de perfectionner leur technique en vue de ces nouveaux raids nocturnes, a déclaré dimanche le commandant du 205e corps des forces de l’armée nationale afghane, le Major Général Abdul Hameed. Le militaire s’est également réjouit de la poursuite de la coopération entre forces américaines et afghanes sur le terrain, dans les secteurs de l’intelligence stratégique ainsi que dans ceux du transport et du support aérien.

Les raids nocturnes constituent l’un des chapitres les plus controversés de la guerre en Afghanistan et de l’intervention américaine au Moyen-Orient de manière générale. Même sous la présidence d’Hamid Karzaï, quand les forces spéciales afghanes étaient toujours autorisées à mener de tels raids, très peu avaient finalement lieu – notamment à cause d’un manque de support aérien. Avec la levée de l’interdiction et l’appui renouvelé des forces américaines, les raids nocturnes semblent avoir de nouveau de beaux jours devant eux.

Recommandé pour vous

0 commentaires