[T’as pas 2 balles ?] Et si on jouait aux jeux vidéo avec du vrai sang ?

 La chronique « T’as pas 2 balles ? » explore les sites de financement participatif et leurs projets les plus fous pour tenter de comprendre à quoi ressemblera le monde de demain.

« Lorsque vous perdez du sang dans le jeu, vous en perdez aussi dans la vie réelle », promettent les fondateurs de « Blood Sport », une machine qui vise à révolutionner les jeux vidéo tout en œuvrant pour la bonne cause.

(photo kickstarter)
(photo kickstarter)

Jamie Umpherson et Taran Chadha ne sont « que deux gars qui travaillent normalement en tant que créateurs numériques dans des agences de pub et qui ont pris un peu de temps libre ». Pendant ce temps libre, les deux Canadiens se sont lancé le pari de financer leur projet « Blood Sport » sur Kickstarter. Le principe est simple et radical : une blessure dans un jeu vidéo vous fera perdre du vrai sang.

Pour ce faire, les joueurs sont reliés par intraveineuse à la fois à leur manette et à une pochette de perfusion qui récolte leur sang à chaque vibration, c’est-à-dire à chaque fois qu’ils subissent n’importe quel dégât dans le jeu vidéo. Le système fonctionne grâce au fameux « Rumble pak », une cartouche vibrante pour manette rendue célèbre en 1997 avec la Nintendo 64. Aujourd’hui, quasiment toutes les manettes sont équipées de ce système qui participe pour partie à l’expérience immersive du jeu vidéo.

Techniquement, le système « Blood Sport » fonctionne grâce à deux câbles qui relient le système de prélèvement de sang à un circuit imprimé intégré à la manette. Ce dernier a pour fonction de maintenir le signal entre les deux appareils. Car les débutants n’ont rien à craindre : tout est calculé par rapport l’âge, le poids et l’état médical du joueur. Le dispositif surveille donc le taux de sang prélevé et « Blood Sport » se mettra automatiquement hors service avant tout malaise potentiel.

« Nous ne réinventons pas la roue », expliquent les deux Canadiens sur Kickstarter. « Nous ne faisons que hacker un système de prélèvement de sang qui existait déjà pour faire monter d’un cran votre expérience de jeu », ajoutent-ils. Ce n’est pas la première fois que le duo tente de révolutionner le jeu vidéo. Ce sont eux, par exemple, qui ont imaginé « Shoot the banker », une vidéo YouTube interactive qui, comme son nom l’indique, permet de tirer sur un banquier, le jeu “Surrogaid”, on l’on peut s’occuper d’un bébé à distance, ainsi que « Prank House », un jeu qui propose de faire des canulars en ligne.

(photo Kickstarter)
(photo Kickstarter)

Si le concept de « Blood Sport » peut paraître brutal et dangereux, Jamie Umpherson et Taran Chadha essayent de convaincre en expliquant que le but principal est finalement de sensibiliser les individus sur le don de sang. Les deux développeurs souhaitent en effet diffuser leur dispositif à travers le Canada pour prélever du sang de manière ludique. « Nous ne sommes pas une association caritative ni un producteur de jeux vidéo. Nous créons simplement du matériel de jeux vidéo qui nous permettra de faire réfléchir les joueurs sur des questions importantes tout en faisant ce qu’ils aiment », expliquent-ils. « À partir de là, nous nous associerons avec les organismes adaptés à la fois dans le domaine du jeu vidéo et le domaine médical pour finaliser le dispositif», ajoutent-ils.

Malgré les efforts des deux créateurs pour médiatiser leur projet en tentant d’organiser des duels entre des célébrités telles que Snoop Dogg, Seth Rogen, Conan O’Brien ou Jimmy Kimmel, « Blood Sport » n’a pour le moment réussi à récolter que 3 390 dollars sur les 250 000 visés. L’envie de perdre son sang en jouant à un jeu vidéo ne représente peut-être finalement pas une perspective si réjouissante que ça pour les internautes. Bien que la suspension du projet par Kickstarter puisse aussi être mise en cause.

(photo Kickstarter)
(photo Kickstarter)

« Nous pensons que cette suspension peut avoir été causée par notre lien avec l’équipement médical ou les œuvres caritatives, ou encore les problèmes de sécurité, vu que nous ne sommes pas encore officiellement en partenariat avec une banque du sang. Mais nous y travaillons », a expliqué Taran Chadha dans une interview avec le site CNET.

En attendant, vous pouvez toujours retourner à des valeurs sûres telles que Yéti Sports ou Blobby Volley.

Recommandé pour vous

0 commentaires