En Californie, les détenus apprennent à coder

Huit heures par jour, quatre jours par semaine pendant six mois : la formation Code.7370, initiée par Marcus Philips, co-fondateur de l’entreprise Hack Reactor, est semblable à la majorité des formations intensives délivrées en Californie à tous les développeurs web en herbe. Attirés par le prestige de travailler pour Google, Facebook ou Apple implantées dans la région – et les salaires qui vont avec –, ils sont des milliers de Californiens à vouloir devenir des cracks du code. Les étudiants de la formation Code.7370 ont cependant une particularité, celle d’apprendre à développer des sites web sans aucun accès à Internet. Et pour cause, l’établissement pénitentiaire de San Quentin, où ils séjournent, près de San Francisco, ne permet pas aux détenus de surfer librement sur le web.

« Le javascript, c’est comme apprendre la langue d’une autre planète », témoigne Larnel Wolfe – qui purge une peine de 9 ans – au média edSurge.com. Le détenu et ses 17 collègues de classe, dont l’un des premiers exercices à été de coder un morpion interactif, se donnent du mal pour avoir de quoi faire oublier à leurs futurs employeurs leur séjour en prison. « En comprenant comment les nouvelles technologies fonctionnent, j’ai moins de chance d’être laissé de côté », explique Wolfe. Comme beaucoup, il espère profiter à sa sortie de prison de la philosophie des start-ups californiennes où le profil atypique et les compétences priment sur les diplômes.

Le prochain projet de Code.7370, après la formation, est de permettre aux détenus de travailler en freelance pendant leur incarcération. Les prisonniers seraient alors payés aux prix moyen du marché, entre 30 et 70 dollars de l’heure. Conformément à la loi sur le travail pénitentiaire, les détenus toucheront 20% de leur paye, 20% seront versés sur leur épargne, 20% iront à la prison de San Quentin pour l’entretien du bâtiment et 40% leurs seront restitués à leur libération. La grande question reste de savoir qui seront leurs clients et, sur ce point, Hack Reactor confesse ne pas encore avoir d’information précise.

Recommandé pour vous

0 commentaires