La population ukrainienne se cotise pour payer des sous-vêtements à ses soldats

 Plus que d'armes, ce sont d'équipement et de vêtements dont manquent les membres de l'armée ukrainienne. (photo flickr/world_armies)
 Plus que d’armes, ce sont d’équipement et de vêtements dont manquent les membres de l’armée ukrainienne. (photo Facebook/Help The Army of Ukraine))

Nous vous en parlions en juillet dernier déjà, l’armée ukrainienne doit beaucoup à son peuple. Corrompue en plus haut lieu et victime de l’oligarchie, elle avait été contrainte de bénéficier de l’aide des « cents couturières » pour se procurer des gilets pare-balles et du site de financement participatif « projet du peuple » pour acheter un drone afin de limiter l’infiltration en Ukraine de troupes russes.

Mais les réserves devenant de plus en plus maigres, même les « produits de première nécessité » manquent aux soldats. Uniformes, sacs de couchage, bottes, sous-vêtements… sont désormais des équipements que les citoyens ukrainiens financent eux-mêmes aux combattants, raconte le site d’information The Observers.

Et les Ukrainiens répondent présents. Sollicités par le ministre de la Défense en mars dernier, après le départ du président Ianoukovitch, les citoyens avaient fait don de 8 millions d’euros pour venir en aide à une armée mal entrainée et en difficulté. Des gilets pare-balles, des casques, des rangers et plusieurs dizaines de milliers de litres de fuel avaient pu être achetés grâce aux dons des citoyens. Certaines entreprises aussi avaient reversé une partie de leurs bénéfices.

En contact direct avec les commandants en opération à Donetsk, Lougansk et Kramatorsk, par exemple, Anna Sandalova, fondatrice de la plateforme « Help The Army of Ukraine », aurait d’ores et déjà levé près d’un million d’euros. « Ils me font la liste de ce dont ils ont besoin […] et leurs commandes arrivent sur place en quelques jours ».

Des rangers achetées par le mouvement "Help The Army of Ukraine". (Facebook)
Des rangers achetées par le mouvement “Help The Army of Ukraine”. (Facebook)

Cartes, systèmes de navigation, sous-vêtements thermiques, lunettes de vision nocturne… l’équipe d’Anna répond favorablement à pratiquement toutes les demandes des militaires. Sauf les armes. « C’est illégal et d’un point de vue moral je ne pourrais pas le faire », explique la jeune femme à The Observers.

La situation est toujours extrêmement tendue dans l’est séparatiste de l’Ukraine. La trêve décrétée le 9 décembre entre l’armée ukrainienne et les forces prorusses a été brisée le 29 décembre au cours d’un affrontement qui a fait trois morts à l’aéroport de Donetsk.

Depuis le début du conflit il y a neuf mois, plus de 4300 personnes auraient été tuées selon l’Organisation des nations unies.

Recommandé pour vous

0 commentaires