L’armée britannique recrute des cyber-soldats des réseaux sociaux

 Avec la création de la 77e Brigade, une force spéciale de l’armée britannique uniquement constituée de cyber-soldats spécialement formés à la guerre psychologique, le Royaume-Uni réaffirme sa volonté de se positionner comme un acteur majeur des guerres non-conventionnelles.

(photo flickr/defenceimages)
(photo flickr/defenceimages)

Aucun des 1500 soldats de la 77e Brigade de l’armée britannique n’ira se battre au front. Derrière leur bureau, les membres de cette toute nouvelle unité auront pour mission de mener à bien des opérations de combat qui, bien que “non-létales”, n’en restent pas moins cruciales. Avec comme champs de bataille l’Internet, celui qui vit à l’heure des flux d’information en continu alimentés par les smartphones et les réseaux sociaux, et leur clavier en guise d’arme, ils auront pour objectif de veiller à préserver la réputation du Royaume-Uni auprès des internautes.

Plus particulièrement, ils veilleront à ce que les opérations britanniques armées soient montrées sous un bon jour en faisant valoir la version officielle de l’histoire sur les réseaux sociaux et tenter de “contrôler” les dommages en terme d’image que peuvent causer l’existence de versions alternatives.

Avec la création de la 77e Brigade – en hommage à la 77e Brigade d’Infanterie Indienne, l’un des plus illustres bataillons des Chindits, une force armée non-conventionnelle ayant menée à bien des opérations de guérilla au Myanmar pendant la seconde guerre mondiale – l’armée britannique entend bien s’imposer comme un acteur incontournable de la guerre de l’image et de l’information.

La brigade sera composée d’un ensemble hétéroclite de soldats de carrière et de réservistes qui seront progressivement recrutés au sein des différents corps d’armées à compter de ce printemps. Parmi les qualités recherchées chez les candidats : des compétences en journalisme ainsi qu’une grande familiarité avec le fonctionnement des réseaux sociaux.

Partie intégrante du programme Army 2020 – une réforme en profondeur de l’armée britannique initiée en juillet 2012 –, la création de cette unité est présentée comme la mise en pratique de l’expérience acquise par l’armée britannique dans sa récente lutte contre les insurgés afghans.

Il est également possible d’envisager la 77e Brigade comme une réponse à la guerre de l’information actuellement menée par Moscou au regard des récents évènements survenus en Ukraine. Parmi les autres acteurs s’étant montrés particulièrement doués en matière de guerre de l’image, il faut bien sûr compter le groupe armé Daech – dont les membres utilisent les réseaux sociaux pour recruter des apprentis djihadistes – ainsi les différentes branches d’Al-Qaeda – dont les opérations terroristes sont systématiquement organisées pour avoir l’impact médiatique le plus important possible.

Si novateur puisse-t-il sembler, le concept de la 77e Brigade n’a pourtant rien de révolutionnaire. Depuis des années, les Américains et les Israéliens ont mis sur pieds des unités spécialement chargées de mener à bien des opérations de guerre psychologique de grande ampleur. L’armée de défense d’Israël est d’ailleurs un modèle en la matière. Elle est active sur pas moins de 30 plateformes – dont Twitter, Facebook, Youtube et Instagram – le tout dans six langues.

La 77e Brigade, qui sera basée dans la ville d’Hermitage, à proximité de Newbury dans le Berkshire, devrait être opérationnelle d’ici avril prochain.

Recommandé pour vous

1 commentaires

  1. ibrahima kalil camara 2 années ago

    je suis ibrahima kalil camara âgée de 18 ans je veux m’intègre dans l’armée britannique avec un diplôme du bepc national de nationalité guinéenne

    Répondre Like Dislike