Le mont Everest est dangereusement pollué par les excréments des alpinistes

(photo flickr/James C Farmer)
(photo flickr/James C Farmer)

Les centaines d’alpinistes qui tentent l’ascension de la plus haute montagne du monde laissent derrière eux des quantités astronomiques de déchets. Parmi eux, plus de 12 000 kilos d’excréments s’accumuleraient chaque année dans les fosses qui entourent les quatre campements principaux répartis sur le circuit d’ascension. Même si la majorité de ces déchets finissent par être redescendus, les associations de protection de la nature commencent à s’alarmer.

« La question est devenue un problème sanitaire et elle doit être traitée avec sérieux », a déclaré mardi Dawa Steven Cherpa, à l’initiative de Cash for Trash, une campagne pour nettoyer le mont qui culmine a 8848 mètres de hauteur. Le chef d’expédition, mais aussi des chercheurs, s’accordent à dire qu’entre autres déchets, les excréments humains constituent une part importante de la pollution de mont Everest.

« L’absence d’un système de gestion efficace des déchets solides a forcé, pendant des décennies, les membres des expéditions à faire leurs besoins n’importe où, quand ils en ressentaient l’envie. En conséquence, les excréments humains se sont accumulés dans la neige et des flux de matière fécale sont régulièrement régurgités par la montagne », déclarait le professeur Pablo Figueroa en 2013 dans le magazine de l’Université des Nations Unies. Une des deux sources qui alimentent en eau potable le village de Gorakshep, situé à 5100 mètres d’altitude, a même été contaminée par des matières fécales en 2013.

Le phénomène s’est sensiblement aggravé au cours des dernières années avec l’augmentation de la fréquentation de l’Everest, que certains considèrent aujourd’hui comme une destination touristique surpeuplée. Le célèbre magazine National Geographic soulignait d’ailleurs en 2013 qu’il est devenu extrêmement facile de s’aventurer sur le toit du monde. En payant des dizaines voire des centaines de milliers de dollars, des touristes qui n’ont aucune compétence en alpinisme arrivent à trouver des guides qui leur assureront une ascension en toute sécurité.

Le nombre de personnes qui s'aventurent chaque année sur l'Everest.
Le nombre de personnes qui s’aventurent chaque année sur l’Everest.

Par conséquent, des tonnes de déchets gisent sur le sol de l’Everest, principalement des bouteilles d’oxygène vides, du matériel cassé et des ordures diverses. En 2014, le gouvernement népalais a commencé à exiger que chaque alpiniste collecte 8 kilos de déchets par ascension mais il est difficile de savoir si cette mesure a scrupuleusement été appliquée. Selon les associations de protection de l’environnement, il faudrait que le Népal réduise le nombre d’autorisations d’ascension délivrées chaque année. Mais au prix de 11 000 dollars le permis et pour un bénéfice de 3 millions de dollars par an, peu de chance que le Népal se dirige vers cette proposition.

Recommandé pour vous

0 commentaires