La question d’une invasion extraterrestre préoccupe toujours autant le gouvernement japonais

(photo flickr/cagliostro)
(photo flickr/cagliostro)

Reconnaissable entre tous à sa légendaire écharpe rouge et son physique d’ex-catcheur – il a accumulé les titres dans ce sport entre 1960 et 1998 –, Antonio Inoki, sénateur de droite, s’est encore fait remarquer lors de sa dernière sortie jeudi en interrogeant le ministre japonais de la défense sur la menace extraterrestre. Après avoir rappelé qu’il avait lui-même aperçu un jour un OVNI dans le ciel japonais, l’ex-catcheur a demandé au chef de la défense si le Japon traquait d’éventuels martiens et si « des études étaient menées sur eux ».

Gen Nakatani a répondu que « quand les forces d’auto-défense détectent la présence d’un objet volant non identifié dans le ciel japonais, elles envoient si nécessaire des avions de chasse pour vérifier ». Le ministre de la défense a poursuivi en indiquant que « les soldats trouvent parfois des oiseaux ou des objets volants autres que des avions, mais à [sa] connaissance, il n’a jamais été découvert d’OVNI venu d’un autre endroit que de la Terre ».

Les déclarations de Nakatani suscitent l’étonnement dans l’Archipel puisqu’elles vont à l’encontre du discours tenu par le gouvernement japonais ces dernières années. En 2007, lorsqu’un membre de l’opposition avait demandé lors d’une séance de questions au gouvernement si le Japon était prêt à faire face à l’arrivée d’extraterrestres, le ministre de la défense de l’époque avait déclaré : « Nous ne disposons d’aucune certitude qui nous permette de prétendre que les ovnis n’existent pas ou que des formes de vie les contrôlant sont inexistantes ».

Le ministre et son porte-parole avait expliqué qu’il était nécessaire de poser une « cadre légal » en cas d’invasion extraterrestre, réfléchir à une procédure. Le chef de la défense avait même fait remarquer que « dans les films Godzilla, les forces d’auto-défense sont mobilisées ».

Recommandé pour vous

0 commentaires