La Chine prévoit des représailles pour ses touristes indisciplinés

 Alors que les touristes chinois font régulièrement les gros titres de la presse internationale pour leur manque de civisme, Pékin a publié lundi un communiqué expliquant que ses ressortissants se faisant remarquer à l’étranger feraient l’objet d’un suivi à leur retour au pays.

(photo flickr/georgios kaleadis)
(photo flickr/georgios kaleadis)

En décembre dernier, un passager chinois tirait sur la poignée d’une issue de secours d’un avion sur le point de décoller pour « faire rentrer un peu d’air frais », rapportaient les médias chinois. Selon les membres d’équipage de l’avion, l’homme n’avait pas réalisé que son acte pouvait être dangereux. L’incident était intervenu quelques jours après qu’un autre passager de nationalité chinoise avait ouvert le même type de porte à l’atterrissage de l’avion expliquant qu’il était pressé de descendre. En décembre toujours, une ressortissante de la République populaire avait jeté un bol d’eau chaude sur une hôtesse de l’air pour manifester son mécontentement. Des incidents fréquents qui ternissent de plus en plus la réputation des touristes chinois.

Après avoir démenti pendant quelques temps les accusations selon lesquelles les Chinois faisaient preuve d’incivilité à l’étranger – notamment en diffusant des photos d’occidentaux commettant eux-mêmes des infractions à la bonne conduite en Chine –, Pékin a plus ou moins procédé à un mea culpa lundi. L’Office nationale du tourisme de Chine a ainsi publié un communiqué expliquant que les autorités locales et nationales contacteraient les touristes irrespectueux à leur retour au pays pour travailler sur leur bonne conduite. L’initiative vise à encourager les Chinois à se faire plus discrets quand ils voyagent afin de ne pas nuire à l’image du pays.

En 2013, un étudiant chinois a gravé son nom sur le mur d'un temple de Louxor. (photo SMCP)
En 2013, un étudiant chinois a gravé son nom sur le mur d’un temple de Louxor. (photo SCMP)

Parmi les mauvais comportements listés par l’Office nationale de tourisme : la dégradation d’équipements publics et de sites historiques, les perturbations dans les transports publics et la participation à des jeux d’argent ainsi qu’à la prostitution. Le choix de ces incivilités ne doit rien au hasard, il est assez facile de retrouver des faits divers de ce type ayant fait polémique. Comme l’histoire de cet étudiant chinois ayant gravé son nom sur le mur d’un temple à Louxor, en Egypte, il y a deux ans, ou de ce couple ayant autorisé son enfant à déféquer sur le trottoir. Les autorités chinoises avaient d’ailleurs déjà édité un guide de bonne conduite en février dernier après qu’une famille chinoise a été arrêtée pour avoir fait sécher ses sous-vêtements dans un temple, d’autres pour avoir donné un coup de pied dans une cloche dans un sanctuaire sacré de Thaïlande ou d’autres encore pour s’être lavé les pieds dans des toilettes publiques.

L’Office nationale de tourisme a également annoncé la création d’un fichier gardant une trace des touristes indisciplinés pour une période de deux ans à compter des faits. Cette liste pourra être transmise, en cas de besoin, à la police, aux douanes et même aux agences bancaires. La croissance fulgurante de la Chine a poussé de plus en plus de citoyens du pays à voyager hors de leurs frontières, faisant de la République populaire le pays qui a le plus dépensé dans le tourisme en 2012, selon l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies.

Recommandé pour vous

0 commentaires