[T’as pas 2 balles] Concilier mode et handicap, le défi d’une jeune Lyonnaise

 La chronique « T’as pas 2 balles ? » explore les sites de financement participatif et leurs projets les plus fous pour tenter de comprendre à quoi ressemblera le monde de demain.

 Répondre aux besoins vestimentaires des personnes en situation de handicap en conciliant esthétique et pratique, c’est le défi que s’est lancé Sarah Da Silva Gomes, une entrepreneure sociale de 25 ans. Sur le site de financement participatif Ulule, sa société lyonnaise Constant & Zoé espère récolter au moins 15 700 € pour se lancer.

Constant & Zoe a pour vocation de proposer des vêtements astucieux à des enfants et jeunes adultes porteurs de handicaps. (photo Constant & Zoe)
 Constant & Zoé a pour vocation de proposer des vêtements astucieux à des enfants et jeunes adultes porteurs de handicaps. (photo Constant & Zoé)

Inauguration officielle de la marque le 8 avril dernier, lancement d’une campagne de crowdfunding sur Ulule le 2 avril, plusieurs récompenses dont le prestigieux grand prix de la Fondation SFR en 2013 et, plus récemment, un prix « Lion de Demain » lors du Printemps des Entrepreneurs organisé par le MEDEF Lyon-Rhône… La ligne de vêtements « astucieux » Constant & Zoé et sa fondatrice Sarah Da Silva Gomes ont eu de quoi s’occuper ces derniers temps.

Il faut dire que s’il existe un tel engouement autour de la jeune marque, c’est que sa création était nécessaire. À travers son projet, sur lequel elle travaille depuis 2012, Sarah Da Silva Gomes souhaite commercialiser des vêtements facilitant le quotidien d’enfants et de jeunes adultes en situation de handicap et à la morphologie et mobilité différente, mais sans en oublier le côté esthétique. Une dimension longtemps négligée pour de tels produits.

Sarah Da Silva Gomes, fondatrice de Constant & Zoe. (photo Constant & Zoe)
Sarah Da Silva Gomes, fondatrice de Constant & Zoé. (photo Constant & Zoé)

Contactée par 8e étage, la jeune entrepreneure lyonnaise explique que « le combat de Constant & Zoé est de démocratiser le prêt-à-porter pour les personnes handicapées. Il s’agit de ne pas avoir un modèle qui change du prêt-à-porter standard parce qu’on s’adresse aux porteurs de handicaps ». Une initiative qui passe donc avant tout par l’apparence des produits : « L’idée, c’est que quand le vêtement est porté, on ait l’impression que c’est un vêtement comme un autre, et que n’importe qui pourrait finalement le porter », ajoute-t-elle. « Il y a une forte demande et on est très en retard à ce niveau ». Mettant de côté le sur-mesure, qui peut prendre plusieurs mois avant d’être livré à un client, Constant & Zoé vise à avoir un stock de produits, initialement de 1 000 pièces, qui puissent être livrés sous trois à cinq jours.

Écharpe, manteau, sweat, pantalon, t-shirt, moufles et même poncho, la collection propose une large gamme de vêtements confortables, pratiques et esthétiques, déclinés en plusieurs couleurs. Pour Constant & Zoé, dont les noms signifient respectivement « persévérance » et « vie », en latin et en grec, les priorités sont « les matières, puis le fonctionnement en lui-même », explique Sarah Da Silva Gomes, qui préfère également le terme « astucieux » à « adapté », trop stigmatisant.

« Par exemple pour l’écharpe, les vertus résident vraiment dans la matière. Beaucoup d’enfants en situation de handicap ont des problèmes pour déglutir. Ils salivent beaucoup et doivent porter des bavoirs à longueur de journée. En plus de ne pas être très résistants ni imperméables, ce genre d’accessoire n’est pas très valorisant ». La jeune entreprise, désormais constituée de trois personnes, a donc conçu une écharpe-bavoir qui peut être portée en toute saison et dont la matière est absorbante, imperméable et douce.

Le sweat, aussi, a une particularité discrète : un zip au niveau du col. Il permet de l’ouvrir et de faire passer la tête de la personne facilement, sans mouvement brusque. Un petit détail d’une grande importance, surtout lorsqu’il s’agit d’un enfant. « Nous avons aussi inclus des fermetures à glissière sous les bras, du poignet jusqu’au bas du pull, ce qui permet d’ouvrir le vêtement totalement. Il faut le poser comme un poncho sur l’enfant et zipper les manches autour de ses bras », explique Sarah Da Silva Gomes.

La collection propose également un manteau, « le vêtement extérieur le plus contraignant aujourd’hui ». Alors que de nombreux enfants à mobilité réduite se maintiennent dans leur fauteuil roulant à l’aide d’un corset-siège, mettre un manteau peut s’avérer fatigant et difficile. La pièce développée par l’équipe, fait d’une matière fine, mais chaude, prend donc en compte ces contraintes, grâce notamment à une partie longue sur le devant qui couvre jusqu’aux genoux, et plus courte à l’arrière, pour faciliter l’installation dans un fauteuil. Comme l’écharpe, « il plaît beaucoup aux familles ».

L’histoire de Constant & Zoé part d’une expérience personnelle. Constant, le frère de 21 ans de Sarah Da Silva Gomes qui a donné une partie du nom à la marque, est devenu infirme moteur cérébral suite à une faute médicale à la naissance. Pour son entourage et lui-même, l’habillement est rapidement devenu une épreuve quotidienne difficile. C’est ainsi que, dans le cadre de ses études, la jeune femme s’est décidée à trouver une solution à ce problème rencontré par beaucoup de familles.

Un projet qu’elle a continué de développer après l’obtention de son Master en Management et Stratégies de l’Entreprise à École supérieure pour le développement économique et social (Esdes), à Lyon. Elle a travaillé avec des professionnels de la santé, mais aussi avec des parents de personnes handicapées. C’est ainsi qu’elle a codéveloppé un coussin d’habillage, un accessoire d’ergothérapie qui permet aux enfants mentalement déficients ou aux personnes en rééducation physiques de s’entraîner sur elles-mêmes à des gestes basiques, mais importants, tels que zipper, dézipper, boutonner et déboutonner. « Il a été créé par une maman pour son fils handicapé. J’ai trouvé l’idée très ingénieuse et utile. Nous collaborons donc ensemble pour commercialiser ce coussin », explique-t-elle.

Sarah Da Silva Gomes et son frère Constant.

Aujourd’hui, c’est donc vers le financement participatif que la nouvelle chef d’entreprise se tourne pour concrétiser son projet. Après 9 jours de campagne sur Ulule, Constant & Zoé a récolté plus de 2 700 €, pour un objectif minimum de 15 700 €. Un premier palier qui permettrait de financer le premier lot de ces vêtements « astucieux ». « L’idéal serait d’atteindre 25 000 € pour pouvoir vraiment lancer la production. » Cette somme engloberait l’achat des matériaux ainsi que le financement de la main d’œuvre du travail de l’atelier.

Et l’exportation à l’étranger, peut-être, un jour ? « Éventuellement, mais pas tout de suite, à cause des coûts de gestion. Nous commençons en France, mais s’il y a des demandes à l’étranger, c’est que ces vêtements peuvent être utiles ailleurs et nous ferons en sorte d’y répondre. Pour le moment, nous essayons de toucher le plus de familles en France ».

Si vous souhaitez contribuer au financement de la campagne, c’est ici.

Recommandé pour vous

0 commentaires