L’État islamique prétend délivrer des cartes d’identité à ses partisans

ISIScardfe-570226

L’EI continue sa campagne de propagande afin d’imposer sa légitimité en tant que nation à part entière. Si les trois principaux éléments constitutifs d’un État au regard du droit international – une population, un territoire et un gouvernement – sont plus que discutables concernant l’EI, c’est davantage sur la symbolique que mise actuellement l’organisation armée terroriste islamiste. Ainsi, en fin de semaine dernière, des photos de cartes d’identité estampillées EI ont commencé à émerger sur les réseaux sociaux.

Le compte Twitter @GreatISNation, suspendu depuis, a tweeté une photo d’une de ces soi-disant pièces d’identité le 11 avril dernier, déclarant par la même occasion que l’EI « commençait à délivrer des cartes d’identité à ses ressortissants, munies d’un hologramme et d’une puce électronique pour éviter la fraude ». Les photos montrent que la carte comporterait également le groupe sanguin du porteur. La nouvelle a en tout cas provoqué une vague d’enthousiasme chez les musulmans ayant choisi de vivre sous la domination du groupuscule, comme en témoignent certains tweets.

« Les cartes d’identité de l’EI sont superbes, mon beau frère vient juste de recevoir la sienne et mon mari et moi avons vraiment hâte d’avoir les nôtres bientôt, si Dieu le veut. »

Interrogé par le quotidien britannique Daily Express, un militant en faveur des droits civils basé à Mossoul – ville irakienne contrôlée par l’EI – a expliqué que cette initiative faisait partie d’une campagne visant à assurer aux partisans du groupuscule que son leadership reste intacte, malgré de récentes pertes militaires, notamment dans la ville irakienne de Tikrit.

Il reste cependant probable que l’unique but de ces cartes d’identité soit de montrer sur les réseaux sociaux que l’EI n’est plus seulement un groupe armé mais un État qui fonctionne, capable de gouverner. Il pourrait donc n’exister comme exemplaires de ces documents que ceux présentés en photo. Il est en tout cas impossible de savoir à quelle envergure les cartes ont commencé à être fabriquées et distribuées, si tel est vraiment le cas.

Ce n’est pas la première fois que l’EI manifeste des efforts pour remplir les critères le légitimant en tant qu’État. En novembre dernier, l’organisation avait déclaré qu’elle frapperait bientôt sa propre monnaie, composée de pièces d’or et d’argent. Un projet irréaliste qui a rapidement été enterré par les experts occidentaux selon lesquels une monnaie ne peut notamment pas perdurer sans une économie dynamique. De plus, si elle sacrifiait toutes ses ressources dans la création d’une monnaie fiduciaire, l’EI n’aurait plus de quoi se financer.

Recommandé pour vous

0 commentaires