Le Kazakhstan lutte contre la radicalisation religieuse par le théâtre

 Par l’intermédiaire de sa pièce « Zhannat » (Paradis), en représentation depuis le 31 mai, le théâtre Uralsk espère réussir à sensibiliser les jeunes Kazakhs aux dangers de l’extrémisme religieux.

L'une des mosquées de la ville d'Oural. (Photo Flickr/ Darin House)
 L’une des mosquées de la ville d’Oural, dans le nord-ouest du pays.
(Photo Flickr/ Darin House)

Comment combattre les extrémismes religieux et mettre un frein au processus de radicalisation ? La question reste ouverte. Reste que certains ont décidé de ne pas attendre qu’il soit trop tard pour s’attaquer aux racines du problème. C’est le cas du Kazakhstan, ce pays d’Asie Centrale où 70 % de la population serait de confession musulmane.

Dans le cadre de cette lutte permanente, le Théâtre Uralsk de la ville d’Oural, située dans le nord-ouest du pays, a récemment produit une pièce intitulée « Zhannat » (Paradis). En représentation depuis le 31 mai, le drame a pour sujet le déchirement d’une famille dont le fils ainé délaisse l’islam traditionnel pour s’égarer sur les chemins de la radicalisation religieuse, comme le rapporte un article de Radio Free Europe – Radio Liberty.

Le scénario de la pièce serait très largement inspiré de véritables processus de radicalisation ayant été observés au Kazakhstan. Mukangali Tomanov, son metteur en scène, a déclaré que, bien que demeurant personnellement opposé à l’utilisation du théâtre à des fins politiques, le cas de « Zhannat » méritait de faire figure d’exception étant donné que « ce problème en particulier est un sujet épineux au sein de la société » kazakh.

Si le scénario n’a rien de très original (la brebis égarée finit par trouver son salut dans la pratique conventionnelle de l’islam après un enchainement d’évènements dramatiques), il est en revanche intéressant de remarquer que l’initiative a bénéficié du soutien et de l’accompagnement d’un organisme de l’État kazakh : la branche locale du département des affaires religieuses. Une telle implication des autorités marque un virage à 90 degrés en matière de politique de lutte contre l’extrémisme religieux.

Le sujet représentait en effet jusqu’alors un véritable tabou au sein du gouvernement kazakh. La seule véritable mesure récemment prise avait été le blocage aux informations concernant les groupes extrémistes tels que l’État Islamique. Une opération ayant entrainé la censure de plus de 700 sites Internet, sur près de 100 00 examinés en 2014. Un succès en demie-teinte, surtout lorsque l’on sait à quel point il est facile de contourner le genre de blocage mis en place par le gouvernement. Reste maintenant à voir si cette nouvelle initiative théâtrale aura l’effet escompté.

Recommandé pour vous

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Testez 8e étage gratuitement pendant 1 mois !

Des grands reportages exclusifs en toute indépendance 🌍
ESSAI GRATUIT