Le second producteur d’huile de palme d’Indonésie stoppe ses activités de déforestation

 La décision d’Astra Agro Lestari (AAL) de ne plus s’attaquer à la forêt vierge a de quoi réjouir les défenseurs de la nature. Selon un rapport publié le mois dernier par Rainforest Foundation Norway, le producteur d’huile de palme serait responsable de la destruction de 14 000 hectares de forêt dans le pays depuis 2006.

(Capture d'écran :  Forest Heroes drone footage: Astra's forest destruction in Indonesia)
(Capture d’écran :  Forest Heroes drone footage: Astra’s forest destruction in Indonesia)

Astra Agro Lestari (AAL), une filiale du conglomérat Jardine Matheson qui emploie indirectement près de 35 000 personnes en Indonésie, ne détruira plus la forêt vierge indonésienne pour la remplacer par ses plantations d’huile de palme. Une victoire retentissante pour les défenseurs de la nature, comme le rapportait samedi The Independent.

La décision tombe un mois après la publication par Rainforest Foundation Norway d’un rapport sur les conséquences écologiques extrêmement néfastes des activités d’AAL sur la forêt primaire indonésienne depuis 2006. Et quelques semaines seulement après le lancement d’une vaste campagne de communication visant à alerter les clients de la chaine d’hôtels Mandarin Oriental en Indonésie – autre possession du conglomérat Jardine Matheson – des agissements du groupe.

Dans un communiqué publié la semaine dernière, l’entreprise a déclaré souhaiter devenir un membre à part entière du « Indonesia Palm Oil Pledge » — un accord de coopération signé par plusieurs des principaux producteurs d’huile de palme d’Indonésie dans le but de mettre fin à la déforestation. AAL ajoute « s’engager dès à présent à mettre un terme à toute opération de reconversion des terres par le biais d’un moratoire ».

Selon Vermund Olsen, un conseiller stratégique de Rainforest Foundation Norway, ce moratoire représente « une première étape cruciale pour protéger une forêt vierge d’Indonésie qui disparaît rapidement ». Se félicitant de cette annonce, Glenn Hurowitz, un porte-parole de l’ONG américaine Forest Heroes alliance, a pour sa part invité AAL à aller encore plus loin et à « restaurer une étendue de forêt et de sols tourbeux équivalente à celle rasée ».

En Indonésie — dont la moitié de la surface des 17 000 îles et îlots qui la composent est couverte de forêt — près d’un million d’hectares de forêt disparait chaque année au profit de monocultures d’huile de palme, un produit en demande croissante utilisé à la fois pour les cosmétiques et l’alimentation. Considérée comme l’une des causes majeures de déforestation et de brûlis en Asie du Sud-Est, la culture de l’huile de palme participe fortement à faire du pays le troisième émetteur mondial de gaz à effet de serre.

Depuis 2008, l’Indonésie a pris la place de la Malaisie en tant que premier producteur et exportateur mondial d’huile de palme, une conséquence directe d’une série de programmes dont le but était de stimuler la production. Parmi ceux-ci, la privatisation, au détriment des cultures traditionnelles, de nombreuses terres auparavant gérées par l’Etat. Une situation qui a fortement bénéficié à AAL, devenu aujourd’hui second producteur d’huile de palme du pays.

L’Indonésie s’était tristement illustrée en 2012 en abattant 840 000 hectares de forêt vierge en l’espace d’une année, faisant deux fois pire en matière de déforestation que le Brésil qui détenait l’ancien record. Outre des conséquences écologiques évidentes, la destruction de vastes étendues de forêt vierge au profit de plantations d’huile de palme met en danger la survie de nombreuses espèces animales dont les orangs-outans, les gibbons, les éléphants de Sumatra et les tigres.

Vous pouvez consulter la carte de la déforestation mondiale sur Global Forest Watch.

 

Recommandé pour vous

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Testez 8e étage gratuitement pendant 1 mois !

Des grands reportages exclusifs en toute indépendance 🌍
ESSAI GRATUIT