Blood Hero, une application pour mettre en relation donneurs et receveurs de sang

 Lancé en 2012 aux Philippines, le Blood Donors Network (réseau des donneurs de sang) vise à faciliter les dons du sang dans un pays où les hôpitaux ne peuvent pas toujours répondre immédiatement aux besoins en transfusion de la population. Prochaine étape : Blood Hero, une application mobile ou chaque don rapporte des points.

537831_491055620944928_620430106_n

Un donneur, un receveur, un hôpital qui gère la transfusion sanguine. Ce sont ces trois acteurs que souhaite mettre en relation le Blood Donors Network. L’idée est née en 2012 dans la tête du Philippin Joel Barquez, raconte le Irish Times. Il crée ce réseau pour augmenter le nombre de donneurs potentiels, mais aussi pour conserver une communauté de donneurs, et pour établir des statistiques grâce à eux. En trois ans, le réseau s’est étoffé, et ses modalités aussi. Parmi les dernières innovations, le lancement prochainement de Blood Hero, une application pour mobile, présentée de façon ludique, qui récompense les « meilleurs donneurs » : ils se verront gratifier d’un badge de « héros », seront reconnus par les autres donneurs et les organisations de santé, et pourront bénéficier de remises pour des cours de fitness.

Après avoir obtenu difficilement une transfusion sanguine en 1997, alors qu’il avait la dengue, Joel Barquez a voulu trouver un moyen plus simple pour mettre en relation les donneurs de sang et ceux qui en ont besoin. Le site de Code for resilience rapporte que, selon la Croix Rouge philippine, en 2011, « le pays disposait d’un stock de 550 000 unités de sang, soit 400 000 unités de moins que nécessaire. Résultat : 80 000 patients ne pouvaient pas bénéficier d’une transfusion aussitôt qu’ils en avaient besoin. » Sur son site, Blood Donors Network rappelle que chaque minute aux Philippines, 6 patients en moyenne ont besoin d’une transfusion sanguine.

Le réseau est fondé sur une technique de « crowd-sourcing » : chaque personne fournit ses propres données. Blood Donors Network, disponible sur web et mobile, se compose de deux volets, détaille The Nation : Blood Institutions, qui met en lien les hôpitaux, les centres médicaux et la Croix Rouge avec de potentiels donneurs ; et Blood Donor, qui veut faire interagir donneurs et receveurs, comme l’explique Joel Barquez :

« Ils peuvent faire des requêtes et avoir accès directement à 100 donneurs maximum, qui sont géolocalisés et triés en fonction de leur groupe sanguin. »

Il en va de même pour les les institutions, qui peuvent rechercher les donneurs qui correspondent à leurs besoins, et rentrer en contact avec eux : s’ils recherchent un donneur du groupe A+, ils font une requête, et les donneurs potentiels reçoivent un SMS. « C’est un gain de temps et d’argent par rapport au processus normal », constate Joel Barquez.

Le Philippin voudrait développer son réseau à l’échelle nationale d’ici 2016. S’il ne sait pas exactement combien de patients ont bénéficié de Blood Donors Network jusqu’à présent, il assure recevoir « des messages de remerciements reçus à travers le réseau. »

Recommandé pour vous

0 commentaires