La taxe sur les boissons sucrées, remède contre l’obésité au Mexique ?

 Un an après l’entrée en vigueur d’une taxe sur les boissons sucrées, la consommation en sodas du pays a diminué en moyenne de 6%.

 Un Mexicain boit en moyenne 136 L de soda par an, augmentant ses risques d'obésité et de diabète.  (Photo Flickr/ John Dyer)
 Un Mexicain boit en moyenne 136 L de soda par an, augmentant ses risques d’obésité et de diabète.  (Photo Flickr/ John Dyer)

Si le prix du Coca augmentait subitement de 10%, continueriez-vous d’en boire ? Au Mexique, la méthode dissuasive mise en place par le congrès a l’air de porter ses fruits, révèle une étude de l’Université de Caroline du Nord, réalisée avec l’Institut national de santé publique du Mexique et résumée dans El País.

Comme on élève régulièrement le prix des paquets de cigarettes en France, le Mexique a décidé de faire de même avec les boissons contenant des sucres ajoutés. Avec l’instauration de l’impôt spécial sur la production et le service (IEPS), le litre de Coca, Fanta ou Sprite a augmenté l’an dernier d’au moins 1 peso mexicain, montant de l’impôt. Mais entre les canettes, les bouteilles de 600 mL et celles de 2.5 L, les consommateurs doivent parfois payer jusqu’à 3.50 pesos (5 cts d’euro) de plus qu’avant. Et débourser environ 0.46€ pour une cannette de Coca, et 0.57€ pour une bouteille de 2.5 L, rapporte CNN México. Les producteurs et les distributeurs ne se sont donc pas contentés d’ajuster les prix à la hauteur de la taxe, note El Financiero.

Ces hausses de prix n’ont pas été sans conséquence : sur la base de 53 villes d’au moins 50 000 habitants, l’étude assure que la consommation de sodas a baissé de 6% en moyenne dans le pays. Cette chute atteint même les 9% chez les personnes les plus pauvres, mais s’observe dans tous les milieux socio-économiques. En revanche, la consommation de boissons sans sucre, et notamment de l’eau en bouteille, a augmenté de 4%. Un phénomène qui n’a rien d’étonnant, explique El País :

« Les autorités ont reconnu que la population du pays considérée comme pauvre (environ 46,5% des Mexicains) s’était résignée ces dernières années à consommer des sodas car elle n’avait peu ou pas accès à l’eau potable. »

A l’eau, ils préfèrent donc souvent les boissons sucrées : en 2014, le Mexique était le 4e plus gros consommateur de sodas dans le monde selon Euromonitor, avec 136 litres par personne et par an. L’OMS parle même de 163 litres. Pour comparaison, les Français en seraient eux à 66 litres par an et par personne. Cette surconsommation conduit au surpoids voire à l’obésité : 32,8% de la population mexicaine est obèse (10% en France), 73% en surpoids (40% en France), selon les chiffres de l’OCDE. Pour faire face à ce fléau, le congrès mexicain a donc mis en place différentes mesures, dont cette taxe sur le soda, mais aussi un système de tickets de métro gratuits à quiconque fait quelques exercices de sport sur la rame, comme nous vous le racontions sur 8e étage en début d’année.

Au vu des résultats de la première année de cette nouvelle taxe, certaines organisations réclament un renforcement de l’impôt : ils voudraient la voir passer à 2 pesos mexicains par litre. D’autres encore demandent la suppression de la TVA sur l’eau, afin d’inciter les Mexicains à boire sainement. Ces mesures devraient être discutées au Congrès en septembre.

Recommandé pour vous

0 commentaires