À Londres, les cyclistes font les morts pour se faire entendre

 Lundi, des centaines de cyclistes londoniens se sont retrouvés en pleine capitale. Pour protester contre les nombreux accidents survenus dans la ville, ils ont mimé leur mort en se couchant sur le bitume.

Déjà en 2014, les cyclistes de Londres avaient fait un "die-in" (Photo Flickr / Clogsilk)
 Déjà en 2014, les cyclistes de Londres avaient fait un “die-in”  (Photo Flickr /  Clogsilk)

Depuis le début de l’année, huit cyclistes ont été tués à Londres, rapporte The Independent, les deux derniers à un jour d’intervalle, dimanche 21 et lundi 22 juin. Pour dénoncer ces accidents, la plupart du temps après collision avec un camion, des centaines de cyclistes se sont regroupés au carrefour de la Banque d’Angleterre, là où Ying Tao, 26 ans, avait succombé à ses blessures une semaine auparavant.

Là, ils ont laissé tomber leur vélo, et ont fait les morts, allongés en pleine rue. Le « die-in », comme ils l’appellent, a rassemblé du monde et bloqué la circulation :

Londres demeure une ville meurtrière pour les cyclistes, même si des améliorations sont à noter. De 16 morts en 2011, on est passé à 13 en 2014, rapporte la BBC. Selon la compagnie Transport for London (TfL), un voyage sur 515 000 se termine aujourd’hui par un accident grave ou mortel, contre un voyage sur 434 000 en 2006. Mais les chiffres restent élevés, comme l’a admis le Premier ministre David Cameron la semaine dernière :

« Il y a encore trop d’accidents, c’est vraiment triste que des jeunes perdent la vie ainsi. »

Lundi, les cyclistes se sont mobilisés à l’appel de Stop Killing Cyclists. Le co-fondateur de cette organisation, Donnachadh Mc Carthy, disait vouloir envoyer un message fort au maire de Londres, Boris Johnson :

« Fermez ce carrefour meurtrier, et mettez 10% du budget des transports au service de la protection des cyclistes. »

Une politique du vélo semble en effet s’imposer à la municipalité, car de plus en plus de Londoniens choisissent ce moyen de transports. Selon TfL, le nombre de voyages à vélo dans la capitale a augmenté de 5% en 2014 : on en compte 610 000 par jour, et 23 millions sur l’année. D’où le besoin urgent d’infrastructures, appelait Rosie Downes de London Cycling Campaign :

« L’augmentation du nombre de cyclistes est une bonne nouvelle, et elle souligne à quel point il est nécessaire que les rues de Londres deviennent rapidement plus sûres pour les cyclistes. »

Boris Johnson a débloqué 913 millions de livres (1,3 milliards d’euros) dans son programme pour le cyclisme en 2013. A deux reprises et durant plusieurs semaines, des officiers de police ont été postés sur les carrefours dangereux aux heures de pointe. Quatre grands axes réservés uniquement aux cyclistes sont également en construction, tout comme d’autres voies cyclables. Mais les critiques persistent, tant du côté des conducteurs, qui estiment que ces voies prennent trop de place, que du côté des cyclistes qui préféreraient voir interdire les véhicules motorisés, notamment les poids-lourds.

Avec une manifestation comme celle de lundi – la troisième en six jours – les cyclistes londoniens tentent d’avoir un écho médiatique, grâce à la portée visuelle de leur intervention. Il y a quelques semaines, ils avaient également fait du bruit en pédalant nus, « contre la dépendance de la voiture et la culture pétrolière ».

Recommandé pour vous

1 commentaires

  1. Zap 2 années ago

    Bonjour,

    Merci pour vos articles toujours très intéressants.
    Je note cependant une petite coquille dans celui-ci : 610 000 trajets en vélo par jour fait environ 230 millions par an en ordre de grandeur.

    Je vous souhaite une bonne journée !

    Répondre Like Dislike

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Testez 8e étage gratuitement pendant 1 mois !

Des grands reportages exclusifs en toute indépendance 🌍
ESSAI GRATUIT