Au Japon, les personnes âgées commettent plus de crimes que les jeunes

 Entre janvier et juin de cette année, la tranche des 65 ans et plus aura commis un nombre plus important de crimes que la tranche des 14-19 ans. C’est ce que révèlent les dernières données de la police japonaise en matière de criminalité.

(Photo Flickr/  Aaron Shumaker)
(Photo Flickr/ Aaron Shumaker)

Cette année, pour la première fois depuis que le Japon a commencé à répertorier les crimes et les délits par tranche d’âge en 1989, les personnes âgées de 65 ans et plus ont commis plus de crimes que les adolescents âgés de 14 à 19 ans, comme le rapporte l’agence de presse Kyodo News Agency. Ainsi, la police japonaise déclarait jeudi dernier dans un communiqué cité par le Washington Post que « 23 656 personnes âgées de 65 ans et plus ont été la cible d’actions policières entre janvier et juin de cette année, contre seulement 19 670 pour celles âgées de 14 à 19 ans ».

Pour la Kyodo News Agency, cet indicateur illustre très clairement la nature « grisonnante » de la société japonaise. Ces inquiétudes en matière de vieillissement de la population et ses potentielles répercussions démographique n’ont pourtant rien de nouveau — nous évoquions d’ailleurs encore récemment le sujet sur 8e étage.

Selon les prévisions les plus pessimistes, si aucune mesure n’est prise, la population de Tokyo pourrait ainsi diminuer de moitié d’ici la fin du siècle. A l’heure actuelle, la capitale japonaise demeure l’un des seuls principaux centres urbains du monde à rétrécir au lieu de continuer à s’étendre. Pour remédier à cette situation atypique, le think tank Japan Policy Council a même été jusqu’à conseiller au gouvernement d’initier une vaste campagne de communication incitant les personnes âgées à plier bagages et à partir de la capitale.

Tristement, ce phénomène de vieillissement démographique s’accompagne également d’une hausse de la criminalité chez les personnes âgées japonaises qui n’a rien de bien nouveau. En 2011, les personnes de cette tranche d’âge commettaient déjà six fois plus de crimes qu’en 1991. Et si sur cette même période le nombre de meurtres a substantiellement diminué au pays du soleil levant, la part des homicides perpétrés par des personnes âgées n’a, quant à elle, eu de cesse d’augmenter. Plus parlant encore, entre 2003 et 2013, le nombre de crimes commis par les personnes âgées aurait purement et simplement doublé, à en croire un article de Bloomberg en date de 2013.

Dans un « livre blanc » sur la criminalité publié en 2012 par le gouvernement japonais, on apprend que 70% des crimes perpétrés par les personnes âgées tomberaient dans la catégorie du vol à l’étalage. Ces statistiques avaient alors amenées le Japan Times à faire un lien entre l’augmentation de la criminalité chez les personnes âgées et une situation économique compliquée encore exacerbée par de récentes diminutions des aides sociales.

Au Japon, même les petits délits sont très souvent punis d’une peine de prison. Conséquence : un prisonnier japonais sur cinq serait âgé de plus de 60 ans. Lors de leur séjour en prison, ces derniers voient souvent leurs conditions de santé se dégrader et perdent parfois tout contact avec leurs proches.

Recommandé pour vous

0 commentaires