Payez de votre sang au plus grand festival de Transylvanie

key_visual_pay_with_blood_aotw_0petit

Le scénario du prochain film Dracula est tout trouvé. Au fin fond de la Transylvanie, en Roumanie, le comte Dracula a mis au point un nouveau stratagème pour s’abreuver de sang humain sans s’attirer les foudres de la population et risquer de se retrouver avec un pieu planté en plein cœur. Fan de David Guetta et d’Avicii, il a l’idée d’organiser un gigantesque festival de musique. Sa spécificité : les vigoureux festivaliers bénéficieront d’une réduction sur le prix du billet s’ils donnent leur sang avant d’aller se déhancher. « Délicieusement méchant… », se réjouit d’avance Dracula.

Avec seulement 1,7% de donneurs de sang au sein de sa population (contre 4% en France), la Roumanie statue à la triste place de deuxième pays le moins actif d’Europe en terme de don du sang. La plupart des donneurs ne se résignant à céder un peu d’hémoglobine que lorsqu’un de leurs proches en a besoin. C’est pourquoi les organisateurs du Untold Festival, en Transylvanie, ont décidé de capitaliser sur la légende construite autour du plus célèbre des vampires pour lancer « Pay With Blood », en association avec l’institut roumain de transfusion sanguine.

« Étant donne que la Roumanie fait face à une pénurie de sang, une campagne qui tire son inspiration de ce mythe dans le but d’attirer l’attention sur un vrai problème est plus que bienvenue », a déclaré Bogdan Buta, directeur général du Untold Festival. Pour bénéficier de l’offre, il a suffi aux festivaliers de donner leur sang dans un des 42 centres du pays jusqu’à aujourd’hui. Se délester de quelques globules rouges leur a permis de prétendre à une réduction de 30% sur le pass trois jours, soit une journée gratuite pour l’événement qui se tiendra du 30 juillet au 2 août.

Etrangement, les organisateurs du festival n’ont pas planché en premier lieu sur la manière d’amener les jeunes à donner leur sang. La priorité, c’était une belle opération de communication, explique la responsable des relations presse du festival. « Nous réfléchissions à comment intégrer Dracula dans le festival et quand nous avons vu les chiffres catastrophiques du don du sang en Roumanie, nous avons pensé à cette campagne ». Quoiqu’il en soit, « Pay With Blood » est une preuve de plus, après l’opération instiguée par le Roskilde Festival il y a un mois, que le meilleur moyen de pousser les festivaliers à faire de bonnes actions reste de leur parler argent.

Recommandé pour vous

0 commentaires