Au Mexique, les pollueurs se tapent l’affiche

 La ville de San Nicolás de los Garza, dans le nord du Mexique, estime que la pire punition pour les pollueurs est d’être exhibé sur la place publique. Par conséquent, depuis ce lundi, les contrevenants ayant été pris en train de se débarrasser de leurs ordures illégalement sont susceptibles de voir leur portrait affiché sur des panneaux publicitaires géants disposés aux quatre coins de la ville.

(Photo Flickr/ Ayuntamiento San Nicolás)
 Sur ce panneau d’affichage, la photo de Jaime Antonio Molina. Cet habitant de la ville avait été condamné par trois fois pour jets et dépôts d’immondices sur la voie publique dans le courant des mois de mai, juin et juillet. (Photo Flickr/ Ayuntamiento San Nicolás)

A San Nicolás de los Garza, ville de 443 000 habitants de l’État du Nuevo León dans le nord du Mexique, les autorités ne font pas dans la demi-mesure lorsqu’il s’agit de lutter contre les mauvaises habitudes de leurs concitoyens. La ville vient ainsi d’annoncer que ceux qui seront pris en flagrant délit de jets de détritus sur la voie publique courront dorénavant le risque de voir une photo d’eux affichée sur l’un des panneaux géants prévus à cet effet.

Selon un récent article du quotidien espagnol El País, Pedro Salgado, le maire de la ville, a depuis longtemps admis que sa circonscription souffrait d’un important problème de pollution ménagère. « Nous nous devions de faire quelque chose pour mettre un terme à cette situation. Nous avons beau offrir à nos citoyens l’un des meilleurs services d’élimination de déchets du pays, nous nous retrouvons néanmoins à récolter quotidiennement près de 25 tonnes d’ordures abandonnées dans nos parcs et nos rues », avait-il ainsi indiqué dans un récent communiqué.

Pour lutter contre le phénomène, la ville avait déjà, à de multiples reprises, tenté de durcir ses lois en la matière. C’est face à l’absence de résultat qu’elle a finalement décidé de mettre en place cette mesure pour le moins radicale. Ainsi, sur le panneau d’affichage type, on retrouvera une photo du contrevenant, prise juste après son arrestation, accompagnée de son nom complet, mais aussi de l’inscription « arrêté pour avoir fait preuve de malpropreté » (en espagnol « detenido por cochino »).

Entrée en application ce lundi, la mesure ne concernera cependant que les contrevenants ayant été reconnus par trois fois coupables d’infractions de ce genre. La première fois, le contrevenant ne risquera qu’une simple réprimande. Une récidive l’exposera à une amende comprise entre 212 et 850 dollars américains. Enfin, pour ceux qui n’auraient toujours pas compris la leçon, la punition sera un séjour de 36 heures au poste de police et l’affichage de leur portrait sur l’un des panneaux d’affichage de la ville. Pour plus d’efficacité, la municipalité a également annoncé la création d’une base de données intégralement dédiée au suivi de ce type d’infractions.

Recommandé pour vous

0 commentaires