Norvège : les randonneurs sont priés de ramener des excréments d’ours de leurs promenades

(photo flickr/ucumari)
(photo flickr/ucumari)

En plus de bien faire attention à ramasser vos déchets quand vous partirez en randonnée, il faudrait désormais aussi que vous rameniez autant de déjections d’ours que possible aux gardes forestiers. Du moins si vous vous promenez en Norvège. Les responsables de l’environnement du pays nordique espèrent en apprendre davantage sur la population ursidée du pays en analysant son ADN. L’année dernière, l’analyse ADN a permis de recenser 136 ours dans le pays. Pour ceux désireux d’apporter leur pierre à l’édifice, les autorités ont prévu une brochure avec des photos de ce à quoi ressemble une déjection d’ours.

« Nous encourageons toute personne qui se promènera cet automne à ramasser des excréments et des poils d’ours et à livrer le tout à l’inspection de la nature norvégienne », a déclaré Jonas Kindberg, directeur de Rovdata, organisation chargée de la mission. Bien entendu, il ne suffit pas de ramener une crotte d’ours au bout d’un morceau d’écorce. Rovdata conseille aux randonneurs de récolter les excréments en retournant un sac en plastique dessus, afin de ne pas les contaminer avec de l’ADN humain et, si possible, de les congeler jusqu’à la livraison.

Les ours bruns abondaient autrefois en Norvège mais leur nombre a dramatiquement chuté depuis le début du 20e siècle en raison de la chasse, déplore régulièrement le ministère de l’environnement norvégien. Désormais, la majorité des ours bruns vivent à l’est, le long de la frontière de la Norvège avec la Suède, la Finlande et la Russie.

Recommandé pour vous

0 commentaires